PERSÉCUTIONS DANS LE MONDE


Un jordanien de 40 ans est poursuivi pour apostasie après être devenu chrétien.

Mohammed a reçu le baptême il y a 15 ans, alors qu'il travaillait à l'étranger après avoir découvert la joie de croire au Christ. En 2000, il retourne en Jordanie, où sa nouvelle foi est fortement désapprouvée par sa famille. Il accueille alors chez lui deux autre convertis au christianisme, un jeune homme et une jeune fille, vivant en souffrance dans leur famille. Mais le 23 mars 2008, les frères de la jeune fille investissent la maison de Mohammed et enlèvent leur sœur de force, le frappant lui, sa femme et son fils.

Après avoir reçu des soins d'urgence, ce citoyen jordanien se rend au commissariat de police pour porter plainte. Mais il y trouve son propre père en train de déposer une plainte contre lui pour apostasie ! il est alors emmené devant un tribunal islamique.

« Le juge se moquait de moi, mais quand il a vu que je ne changeais pas d'avis, il m'a accusé d'outrage à la cour et a ordonné mon emprisonnement pour une semaine » raconte Mohammed.

Il échappe à la prison immédiate contre le paiement d'une caution de 9 000 euros, et se résout à quitter le pays avec son épouse et ses deux enfants. Mais son procès est toujours en cours. Le 30 mars 2008, constatant son absence à l'audience, le juge lance un mandat d'arrêt contre lui.

« Tant que je refuse de revenir à l'islam, je ne peux pas gagner ce procès. Le tribunal annulera mon mariage, m'enlèvera mes enfants. Je n'aurai plus de papiers d'identité et tous mes biens seront confisqués ».

Tout le monde sait qu'il est très officiellement interdit (sous peine de mort) à un musulman de se convertir au christianisme (tiens, en passant, n'est-ce pas là un des critère qui définit les sectes ??). Pour autant personne n'ose tellement aborder cette question et on préfère le qualifier de considération extrémiste minoritaire.

magdi allam

Le journaliste italien Magdi Allam, éditorialiste du Corriere della Sera, et ex-musulman baptisé par le pape pendant la nuit pascale, a pourtant été obligé d'annuler une visite en Espagne où il devait présenter l'un de ses livres traduit en espagnol : '"Vaincre la peur''. Les raisons ? Le gouvernement espagnol ne lui garantit pas pour le moment le degré de sécurité dont il bénéficie actuellement en Italie (oùm il vit sous escorte depuis 5 ans suite aux nombreuses menaces de mort du monde musulman).
Or M. Allam est condamné à mort depuis des années par plusieurs instances représentatives islamiques qui le considèrent comme un "ennemi de l'islam, a signalé sa maison d'édition, Encuentro.


Magdi Allam est né au Caire en 1952 et vit depuis de longues années en Italie où il a fait ses études. Il a écrit plusieurs essais polémiques sur le Proche-Orient. Musulman d'origine, il s'est lentement converti au christianisme et a été baptisé par Benoît XVI en même temps que six autres adultes lors de la veillée pascale.

Son baptême a été qualifié de "provocation" par le directeur du centre d'études islamiques d'Amman, Aref Ali Nayed, un des porte-parole de l'initiative de dialogue avec le christianisme lancée par 138 religieux musulmans en octobre 2007. Mais M. Allam rétorque qu'en acceptant de le baptiser publiquement, le pape

«a lancé un message explicite et révolutionnaire à une Eglise qui jusqu’à présent a été trop prudente dans la conversion des musulmans», en «s’abstenant de faire du prosélytisme dans les pays à majorité islamique», «par peur de ne pas pouvoir protéger les convertis face à leur condamnation à mort pour apostasie».

Les principaux théologiens musulmans considèrent en effet (et l'AFP le rappelle) que l’islam interdit aux musulmans de changer de religion, ce qui est passible de mort dans certains pays.

Mais nos gouvernants continuent à vouloir croire qu'il y a l'Islam modéré (disons-le : christianisé), le vrai, ultra majoritaire, et l'Islam fondamentaliste, le faux, le dévoyé, ultra minoritaire. Mais la réalité est rarement celle que les politiciens veulent présenter.

Un prêtre chrétien orthodoxe a été assassiné samedi par des inconnus en plein centre de Bagdad, par des hommes armés circulant en voiture. Ils ont ouvert le feu vers 12h00 sur le prêtre tandis qu'il sortait de son domicile dans le quartier central de Karrada. Il se nommait Yousef Adel et était prêtre de l'Eglise syriaque orthodoxe, officiant dans la paroisse Saint Pierre du quartier de Karrada.


Les chrétiens d'Irak sont régulièrement les cibles de violences, enlèvements, meurtres et attentats à la bombe contre des églises, commis par des insurgés, chiites comme sunnites. Ils sont accusés de soutenir les "envahisseurs croisés". Ainsi, en janvier, des attentats à la voiture piégée avaient visé la cathédrale chaldéenne et une église orthodoxe à Kirkouk (nord de l'Irak), sans faire de victime mais provoquant d'importants dégâts matériels. A Mossoul, des attentats à la bombe contre des églises et bâtiments chrétiens avaient fait quatre blessés.
L'évêque chaldéen de Mossoul (nord), Mgr Faraj Rahou, avait été enlevé fin février par des inconnus et son cadavre retrouvé à la mi-mars. Deux prêtres de ce diocèse avaient également été enlevés en octobre 2007, et en juin 2007, un prêtre et trois diacres avaient été abattus devant une église de cette ville, capitale de la province de Ninive qui est devenue un fief d'Al-Qaïda en Irak. Le sort de deux autres membres de l'Eglise chaldéenne, enlevés à Bagdad respectivement en août et en novembre 2006, demeure inconnu.
Les Chaldéens, qui sont des catholiques de rite oriental, constituent la principale communauté chrétienne du pays, et l'une des plus anciennes églises chrétiennes.

Recommander ce site

Calendrier

« avril 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930

Catégories