Une école catholique, la Convent Girls' School, a été la cible d'un attentat à Sangota, dans la région de la ville de Swat au Pakistan. L’édifice a été détruit par des rudiments de bombes. Il n’y a pas eu de victimes puisque l’école avait été fermée, par précaution, par les religieuses, suite aux menaces reçues les semaines précédentes.

L'école avait en effet dû fermer ses portes du 9 au 17 septembre dernier après avoir reçu une lettre menaçant d’une attaque suicide imminente au cœur de l’institut. Publiée par la presse locale, la lettre, signée par le groupe radical islamique Jan Nisaran-e-Islam, accuse les sœurs carmélites, à la tête de l’école depuis février 2007, de faire du prosélytisme, de convertir les jeunes élèves musulmanes et de corrompre leur moralité par des boissons alcoolisées et du matériel pornographique. La lettre de menaces exigeait la fermeture de l’établissement sous peine d’attaque suicide et défendait aux familles musulmanes d’envoyer leurs enfants dans cet établissement, requérant qu’ils soient inscrits dans les écoles coraniques de la région. A la Public High School de Sangota, 95 % des jeunes filles de l’établissement sont musulmanes, leurs familles appréciant la qualité de l’enseignement et de l’instruction dispensés.
L’école et le collège de jeunes filles sont gérés par les sœurs carmélites apostoliques sri-lankaises. L’école a été construite en 1965 et comptait 1.000 étudiantes, venant surtout de familles pauvres, musulmanes et chrétiennes du district de Swat.

Malgré la protection de la police, l'école a pourtant été détruite.

Il y a un peu plus d'une année, les talibans ont exigé que les filles et les femmes de l'école portent la burka (vêtement qui couvre le corps de la tête aux pieds). La région est proche de la frontière afghane et est contrôlée par les talibans depuis environ un an. De 1994 à 2001, l'Afghanistan était dominé par les islamistes radicaux qui interdisaient aux femmes l'accès à l'éducation et à l'emploi.