Deux prêtres catholiques, religieux jésuites, l'un Equatorien, l'autre Russe, ont été tués au centre de Moscou. Les victimes sont le père Victor Betancourt, jésuite équatorien, qui travaille pour l'Institut de Philosophie, Théologie et Histoire Saint Thomas de Moscou, et le père Otto Messmer, citoyen russe et supérieur de la Région russe, qui rentrait lundi soir dans la communauté après un voyage à l'étranger. Ils avaient respectivement 42 ans et 47 ans, et ont été tué le 25 puis le 28 octobre. Une enquête criminelle a été ouverte pour assassinat. Leur coprs ont été découvert par un autre jésuite, inquiet de leur silence.

Les jésuites lancent un appel à la fin de la violence : « Que toute la Compagnie prie pour le repos éternel des confrères et pour que la violence cesse ! » Le père général des jésuites, Adolfo Nicolás, « invite tous les jésuites à exprimer soutien, aide et solidarité aux confrères de la région russe, en ce moment difficile, ainsi qu'aux familles des confrères décédés. Il remercie pour les condoléances reçues de l'Église qui dès qu'elle apprit la nouvelle, a confirmé son appui et sa solidarité », indique la curie des jésuites à Rome.

L'Eglise orthodoxe russe a exprimé ses condoléances aux catholiques et aux jésuites à la nouvelle de ce drame, par la voix du P. Igor Vyzhanov, secrétaire du Département du patriarcat pour les relations extérieures, rapporte l'agence Interfax.