PERSÉCUTIONS DANS LE MONDE


Cinq chrétiens ont été tués à l'armes à feu dans le centre ville de Quetta, au Balouchistan, le 28 août derner. Ce nouveau meurtre qui arrive après le massacre du Punjab, où 11 chrétiens sont morts et où plus de 100 maisons ont été saccagées.

Le problème majeur des chrétiens est la loi anti-blasphème, qui est souvent utilisée à tort et à travers pour des motifs personnels. Les délits perpétré sous ce motif sont difficiles à poursuivre. La loi anti-blasphème prévoit la prison à vie ou la peine de mort en cas d'insultes contre le Coran ou le prophète Mahomet. Le problème, affirment les évêques, est que l'on abuse souvent de cela pour des raisons et des intérêts personnels.

Les évêques catholiques pakistanais ont également récemment exprimé leur déception après l'absence d'un procès légal contre les attaques anti-chrétiennes dans la province du Punjab. Le président de la conférence épiscopale pakistanaise, Mgr Lawrence J. Saldanha, archevêque de Lahore, a exprimé sa préoccupation car, « un mois après le massacre, aucun des accusés n'a été puni ».

« Je crains que les coupables restent impunis, et que le cas reste longtemps en suspend », a-t-il ajouté.

Selon certaines données de la Commission nationale Justice et Paix de la Conférence épiscopale pakistanaise, depuis l'entrée en vigueur de la loi, 964 personnes ont été jugées dont 479 musulmans, 119 chrétiens, 340 ahmadis (une secte musulmane considérée comme hérétique) et 14 hindous.

Nombreux ont été ceux qui ont demandé la suppression ou au moins la révision de la loi. L'Eglise a lancé une campagne de souscription en ce sens, et on pense que près de 200.000 signatures pourraient être recueillies. Les chrétiens représentent 1,6% de la population du Pakistan, qui comprend 160 millions d'habitants

Les incidents survenus dans la province du Pendjab ne se sont pas terminés, malgré la mise en place de policiers après l'appel au djihad du juin dernier qui a déjà poussé une cinquantaine de musulmans à attaquer le village de Bahmani Wala en représaille à une prétendue profanation du Coran.

Un nouvel assaut a eu lieu contre un quartier chrétien de Gojra, où un groupe de musulmans a incendié des maisons en faisant 8 morts, dont un enfant. 6 d'entre eux ont été brûlés vifs, dont quatre femmes, tandis que deux autres étaient assassinés par les émeutiers. Des coups de feu ont été échangés depuis les toits et d'après des images diffusées à la télévision, des maisons ont été incendiées et les rues de la ville sont jonchées de meubles calcinés.
L'affaire remonte à un différent entre deux voisins, l'un musulman, l'autre chrétien, de la ville de Bahmani Wala. Dès le lendemain, un appel au djihad était lancé de la mosquée d'une ville voisine pour insulte envers le prophète puis profanation du Coran. Les deux acusations se sont révélées sans fondement, selon le ministre de l'Intérieur du Pendjab : Rana Sanaullah. Il a condamné ces attaques et annoncé l'ouverture d'une enquête, imputant la responsabilité des violences au groupe islamiste interdit Sipah-e-Sahaba Pakistan.

"Ceci n'est pas l'oeuvre de musulmans. Un groupe d'extrémistes a exploité la situation" affirme-t-il.
"C'est une simple rumeur, exploitée par des éléments visant à semer le chaos. J'engage les deux communautés à faire preuve de retenue", a lancé le ministre provincial.

Le ministre des Minorités, Shahbaz Bhatti, a affirmé lui aussi que des groupes de personnes "instrumentalisées par des extrémistes religieux" ont attaqué un quartier chrétien pour y incendier des dizaines de maisons. Quoi qu'il en soit, les évènements mettent bien en cause une mosquée légale et des musulmans qui n'appartiennent pas à ce groupe.

Les écoles chrétiennes du Pakistan ont décidé de fermer leurs portes lundi pour trois jours, en signe de deuil et de protestation.

Profaner le Coran est passible de la peine de mort au Pakistan, où l’Islam est la religion dominante. Les chrétiens, qui représentent moins de 5 % des 175 millions de Pakistanais, affirment que les lois anti-blasphème sont utilisées régulièrement pour exercer des représailles sur leur communauté.

Au Vatican, le pape Benoît XVI s'est déclaré lundi "profondément attristé" par ces violences "insensées". Il a adressé un télégramme de condoléances aux familles des victimes et invité les chrétiens du Pakistan à "poursuivre leurs efforts pour contribuer à édifier une société marquée (...) par un respect mutuel" entre les croyants.

Recommander ce site

Calendrier

« août 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31

Catégories



Parse error: syntax error, unexpected $end in /home/indignat/www/persecutions/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 784