Deux églises protestantes (appartenant à l’“Église de l’Inde du Nord” et à l’“Armée du Salut”) ont été attaquées, incendiées et rasées au mois de février 2010 et les pasteurs présents ont été agressés et frappés, et leurs maisons saccagées. Certains chrétiens accusés d’être impliqués dans la violence ont été arrêtés par la police, tandis qu’aucun extrémiste indou n’a été arrêté.

Ces violences surviennent dans un contexte de tension liées à la diffusion du portrait blasphématoire du Christ publié dans un manuel scolaire. Des religieuses ont découvert cette image odieuse présentée dans le manuel pour illustrer le mot "idole", et présente le Christ lui-même fumant une cigarette et un verre de bière à la main.
Les religieuses ont demandé aux enfants la restitutions des livres et ont envoyé une lettre aux autorités en exprimant leur déception pour ce total manque de respect envers les symboles religieux chrétiens. Le gouvernement de l’État a ordonné de retirer le livre de la circulation.
Les Églises chrétiennes en Inde sont en train de prendre des mesures :

"Nous avons demandé à toutes les écoles catholiques en Inde de retirer le texte et de boycotter tous les livres de la Skyline Publications. Cette image est inacceptable et va contre tout principe de respect et de dialogue” a déclaré à l’agence Fides, le P. Babu Joseph, porte-parole de la Conférence épiscopale de l’Inde. On est aussi en train d’examiner la possibilité de promouvoir une action légale, au niveau économique, contre la maison éditrice."

Mais le portrait a aussitôt été publié par certains mass-médias, et a même été exposé dans les rues de la ville de Jalandhar dans l’État du Punjab (Nord-Ouest de l’Inde), en provocation manifestement.
Les chrétiens du lieu ont protesté de manière pacifique devant les autorités civiles, en demandant que soient enlevées les images. Dans la ville de Batala (district de Gurdaspur), la situation a dégénéré : certains jeunes chrétiens ont cherché à enlever les tracts présents dans un marché à dominance indoue, mais d’autres jeunes, extrémistes indous, ont tenté de les en empêcher. S’en est suivi une rixe et la violence s’est étendue à la ville entière, dans la mesure où les responsables des mouvements extrémistes comme “Bajrang Dal” et “Shiv Sena” sont descendus armés dans les rues et ont incité les esprits à la violence contre les chrétiens.

L'appel à la violence a dégénéré jusqu'à la mise à feu des deux églises protestantes, qui ont été entièrement détruites par les foules hindoues.