Radio Vatican a dénoncé fin avril 2010 une persécution anti-chrétienne des autorités en Ouzbékistan, rapportées par Asia News. Notamment, lors de contrôles effectués au domicile des chrétiens, des livres religieux ont été détruits.
Le motif de ces persécutions est qu'il s'agit d'activités « non conformes et non autorisées par le statut » législatif.

Le code pénal du pays (art. 244-3) punit de prison jusqu'à une peine de trois ans, « la production illégale, la possession, l'importation et la distribution de littérature religieuse ». De nombreux fidèles ont ainsi fait de la prison, y compris pour « avoir enseigné sans autorisation ».

La surveillance vise spécialement les étudiants, qui ont l'ordre d'éviter toute implication dans des « religions étrangères » à la tradition locale, sous menace de l'application de l'art. 240 § 2 du Code d'administration qui interdit « d'attirer les croyants dans une confession ou dans d'autres activités missionnaires ». Tout événement de groupe est passible d'une dénonciation pour les chrétiens qui participent à des match de football ou à des fêtes d'anniversaires.

Les persécutions semblent plus prononcées dans le Nord-Ouest du pays, dans la région du Karakalpakstan, où les chrétiens sont sujets à des menaces continuelles, à des amendes sévères, à la confiscation et destruction de matériel religieux, du fait de la police et des autorités civiles.

La République d'Ouzbékistan est un pays d'Asie centrale de plus de 28 millions d'habitants, à 90% musulmans (sunnites), et dont 80% de la populationest Ouzbeks, peuple de langue turque. C'est une ancienne république soviétique, devenue un État indépendant le 31 août 1991. Le pays est officiellement laïque.