PERSÉCUTIONS DANS LE MONDE


Un chrétien irakien a été enlevé et retrouvé mort dans le nord de l'Irak, malgré le paiement d'une rançon de 15.000 dollars par sa famille, a indiqué la police.

Le corps en état de décomposition de Louaï Barham al-Malik, un vitrier assyrien de 35 ans, a été retrouvé dans un terrain vague à Nimroud, à 330 km au nord de Bagdad. Il s'était installé récemment à Hamdaniya, un village à majorité chrétienne, à la suite des menaces et des meurtres contre cette communauté à Mossoul, la capitale de province de Ninive.

"Il y a une semaine, il a été enlevé par des inconnus qui lui avaient demandé de venir chez eux pour prendre des mesures afin d'installer des vitres. Sa famille a négocié une rançon avec les ravisseurs et leur a versé 15.000 dollars mais Louaï n'est pas revenu. Il a reçu plusieurs balles à la tête", a précisé le lieutenant-colonel de police.

Dans un rapport publié en novembre, l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) affirmait que les minorités, notamment chrétiennes, du nord de l'Irak, étaient les victimes collatérales du conflit entre Arabes et Kurdes sur des territoires disputés et également des extrémistes sunnites.

Entre le 14 et le 23 février 2010, huit chrétiens avaient été tués à Mossoul et dans ses environs.

Sept ans après l'invasion de l'Irak conduite par les Américains, il ne reste plus que 550.000 chrétiens, en majorité des chaldéens catholiques, sur les 800.000 qui vivaient dans ce pays.

Le 13 août 2010, le Cheikh Tobah, Imam d'un village de Shimi à 170 KM au sud de Giza, a appelé au Jihad contre les chrétiens locaux au cours de la prière du vendredi (et pendant le Ramadan). Les coptes vivant dans le village ont été alors attaqués pendant deux jours, et onze coptes ont été hospitalisés tandis que beaucoup d'autres étaient arrêtés.

Les attaques ont commencé quelques heures seulement après les incitations de l'imam.

L'origine de ce Jihad semble être une dispute dans le village entre un copte, Maher Amin, qui lavait son taxi, et un musulman extremiste, Mohamed Ali Almstaui, qui s'est envenimée quand Mohamed a ataqué Maher. Des témoins ont mis fin à l'altercation. Cependant, après la rupture du ramadan en soirée, Ahmad, le frère de Mohamed, qui est connu pour appartenir à une organisation extrémiste, est allé jusqu'au foyer de Maher avec une vingtaine d'hommes, forçant la porte pour l'attaquer lui et sa famille à coups de batons, frappant aussi sa vieille mère et sa seur paralysée, et détruisant son mobilier.

Les forces de sécurité sont venues et ont emporté les victimes chrétiennes pour les retenir au commissariat malgré leurs blessures, où ils furent poussés à accepter une "réconciliation" avec leurs agresseurs, en raison du "saint mois du Ramadan". Les pressions provenaient de Saad Gamal, parlementaire pour Elsaff. Aucun musulman n'a été arrêté.

Le jour suivant la réconciliation, un grand nombre de musulmans ont été réunis par la famille Almstauis et ont attaqué de nouveau les maisons des coptes, frappant les habitants puis sont allés dans les champs attaquer également les coptes qui y travaillaient.

"Pourquoi ne feraient-ils pas ainsi ? quand on leur dit que le parlement les protégera ?" a déclaré le révérend Ezra Nageh de l'Eglise St George à Elsaff. "Alors à qui devons-nous demander de l'aide ? Le parlementaire Saad Gamal hait les chrétiens, et le président Mubarak prétend n'être pas informé de nos difficultés."

Ghali Tawfik, une des victimes coptes, déplore :

"On nous contraint à la réconciliation, et en moins de 24 heures, on nous attaque encore."

Karam Bebawy, une aure victime, dit que l'arrivée au village deux semaines plus tôt d'étrangers "portant de longues barbes et des robes courtes comme les islamistes" a quelque chose à voir dans l'affaire. Il dit que ses voisins musulmans se sont retournés contre lui sans raison depuis lors.

La police a relâchés lundi les victimes arrêtées vendredi, et ont arrêtée trois jeunes coptes pour d'anciennes charges. Le révérend Ezra estime que ce n'est qu'une vieille méthode pour contraindre l'Eglise locale d'accepter la réconciliation. Le maire du village, le cheikh Saad a aloers contacté le révérend Ezra le 14 août pour obtenir une seconde réconciliation, mais a obtenu un refus.

Huit médecins chrétiens et trois Afghans été tués dans la province du Badakshan. Ces onze chrétiens travaillaient pour le compte d’International Assistance Mission (IAM), une ONG protestante qui travaille en Afghanistan depuis 1966. Elle apporte l’aide médicale et matérielle aux Afghans, et contribue à l’éducation des jeunes.

Les Taliban ont accusé ces hommes de faire du prosélytisme en Afghanistan parce qu'ils possédaient des Nouveau Testament en langue dari. Aqa Noor Kentuz, le chef de la police de cette province, s’est dit choqué de voir comment les corps de ces humanitaires découverts tôt samedi matin ont été « criblés de balles » par des Islamistes.

Les onze chrétiens traversaient le Badakshan après s’être rendu au Nouristan lorsqu’ils ont été attaqués. Aqa Noor Kentuz dit que la police a conseillé au groupe d’éviter de se rendre près des forêts du Nouristan mais qu’ils ont tenu à s’y rendre, expliquant qu’ils étaient médecins et que personne ne leur ferait du mal. Ils avaient été Invités par des collectivités locales au Nouristan, avaient achevé leur mission et tentaient de regagner Kaboul lorsqu’ils ont été attaqués.
Le gouverneur de la province du Nouristan, Jamaluddin Badr, a condamné le meurtre des médecins occidentaux qui parcouraient plusieurs districts de sa province et de celle du Badakshan afin de venir en aide aux populations.

International Assistance Mission (IAM) précise que les victimes sont des membres d’une équipe d’ophtalmologues occidentaux qu’elle a envoyée en Afghanistan. Pour l’instant, l’ONG dispose de peu de détails sur ce qui s’est passé, « mais nos pensées et nos prières vont aux amis et familles des victimes », déclare-elle. L’ONG dénonce l’assassinat de personnes innocentes qui consacrent leur vie à aider les autres.

« Nous espérons que cette tragédie ne mettra pas fin à notre action, dont bénéficient annuellement 250 000 Afghans », indique le communiqué

Edit : selon orthodoxie.com, un des afghans aurait été épargné car il était musulman, ce qui semble plausible et confirme la portée spécifiquement antichrétienne de cet acte.

Recommander ce site

Calendrier

« août 2010 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031

Catégories