Dix jours après le carnage revendiqué par Al-Qaïda dans une cathédrale syriaque catholique, une série d'attentats a visé mardi soir et mercredi matin les domiciles de chrétiens à Bagdad. Ces attaques ont fait trois morts et 26 blessés, selon un responsable du ministère de l'Intérieur qui s'exprime sous couvert de l'anonymat. Les bombes ont explosé mercredi à quelques minutes d'intervalle près de quatre habitations appartenant à des chrétiens dans des quartiers chrétiens de Bagdad.

«Deux obus de mortier et dix bombes artisanales ont visé les domiciles de chrétiens dans différents quartiers de Bagdad entre 6 et 8 heures (4 et 6 heures, heure française)», a précisé ce responsable.

Mardi soir, trois maisons appartenant à des chrétiens à Bagdad avaient déjà été la cible d'attentats à la bombe, qui n'ont pas fait de victime. En revanche, plus de cent chiites ont été tués, et 200 autres blessés, dans les attentats massifs à la voiture piégée qui ont eu lieu le même soir à Bagdad, au cours de 21 explosions à la voiture piégée parfaitement coordonnées, dans des quartiers chiites de Bagdad.

Un responsable du ministère de l'Intérieur a précisé que les deux plus gros attentats avaient eu lieu contre des restaurants à Kazamiya (nord) et à Husseiniya (est). Le premier a fait 6 tués et 26 blessés et le second 4 tués et 34 blessés.

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est dit "consterné" par ces attentats en Irak contre les chrétiens et les musulmans, l'ambassadeur français soulignant que les chrétiens d'Irak étaient "en première ligne" dans le processus démocratique du pays.

Il y a "une volonté délibérée de détruire la communauté chrétienne d'Irak" de la part des "fondamentalistes", a souligné l'ambassadeur de France à l'ONU Gérard Araud.
"Défendre les chrétiens d'Irak, ce n'est pas seulement une exigence morale, c'est aussi une nécessité politique. Attaquer les chrétiens d'Irak c'est aussi attaquer la diversité, le pluralisme de la société irakienne, c'est le combat du fondamentalisme contre la démocratie. Les chrétiens d'Irak sont en première ligne dans ce combat", a-t-il ajouté devant la presse.


Le 3 novembre, la branche irakienne d'Al-Qaïda avait annoncé que d'autres attentats viseraient les chrétiens. Au total, 46 civils, dont deux prêtres, et sept membres des forces de sécurité avaient péri le 31 octobre dans la cathédrale syriaque catholique de Bagdad, visée par l'une des plus violentes attaques contre la communauté chrétienne d'Irak.

Cible récurrente d'attaques, la communauté chrétienne de Bagdad, qui comptait 450.000 fidèles en 2003, avant la chute de l'ex-président Saddam Hussein, n'en dénombre plus que 150.000, en raison d'un exode massif vers les pays voisins, l'Europe, l'Amérique du nord et l'Australie.