Deux ouvriers chrétiens, deux frères syriaques, ont été abattus par des hommes armés sur leur lieu de travail, un garage situé dans une zone industrielle de l'ouest de Mossoul, dans le nord de l'Irak, dans une nouvelle attaque contre la communauté chrétienne d'Irak.

Les victimes, Wahad Hanna et son frère Saad, avaient respectivement 40 ans et 43 ans.

Cet assassinat intervient deux semaines après que la communauté chrétienne d'Irak a été durement frappée par de sanglantes attaques qui ont poussé encore plus de fidèles à fuir ce pays, dont l'assaut, en pleine messe, de la cathédrale syriaque catholique de Bagdad qui a fait 53 morts.

Trois jours plus tard, la branche irakienne d'Al-Qaïda avait qualifié les chrétiens de "cibles légitimes", en annonçant que d'autres attaques suivraient.

Les 9 et 10 novembre, une série d'attentats à la bombe et de tirs d'obus de mortier contre des maisons appartenant à des chrétiens à Bagdad a fait au moins 6 morts et 33 blessés.

Entre 800.000 et 1,2 million de chrétiens vivaient encore en Irak en 2003, avant l'invasion du pays par une coalition emmenée par les Etats-Unis. Des centaines de milliers d'entre eux ont pris le chemin de l'exil en raison des violences et il ne reste plus aujourd'hui que 500.000 chrétiens en Irak.


Addendum: Mgr Dubost, évêque d'Evry-Corbeil-Essonnes, a publié un communiqué sur la question des chrétiens d'Irak

L'attentat de la cathédrale de Bagdad a bouleversé le monde. Des blessés sont arrivés en France... Et les témoignages sont déchirants. Il est évidemment bien d'accueillir ces blessés. De les entourer de notre prière. Et de notre affection.

Mais ils doivent nous réveiller. Il ne s'agit pas simplement de sentiment mais de l'avenir de la planète.

La majorité des personnes déplacées dans le monde sont des musulmans.
La majorité des victimes d'attentats dans le monde sont aussi des musulmans. Et, s'il est normal que nous soyons attentifs à nos frères chrétiens... A nos yeux, une victime est une victime. Il n'y a pas de différence.

Sauf, et c'est le cas en Irak, lorsqu'il s'agit d'éliminer un groupe religieux.
Personne ne pense en Irak éliminer les sunnites ou les chiites, mais certains pensent éliminer les chrétiens parce que chrétiens. La plupart des attentats ont pour but la recherche du pouvoir.
Les attentats contre les chrétiens ont pour but le départ, l'anéantissement des chrétiens. Toute la différence est là.
Et c'est cela qui incite à la lutte. Nous ne nous battons pas simplement pour les chrétiens, mais pour les droits de l'homme. Et, en particulier, pour la liberté religieuse : celle de changer de religion, de pouvoir l'exprimer, d'être un citoyen à part entière, celle, non seulement de pratiquer, mais d'exister librement dans la sphère publique.
Et notre combat doit servir au musulman qui ne veut pas pratiquer le Ramadan, au juif qui ne veut pas qu'on lui impose le shabbat, comme au chrétien, comme à l'athée.
La liberté religieuse est la pierre de touche de la véritable liberté.

+ M. Dubost
Evêque d'Evry-Corbeil-Essonnes
Le 22 novembre 2010