PERSÉCUTIONS DANS LE MONDE


La Fédération égyptienne des droits de l’homme révèle que 93 000 chrétiens coptes ont déjà quitté l’Egypte depuis le 19 Mars 2011. Et le nombre pourrait augmenter à 250.000 d’ici la fin de l'année, selon Naguib Gabriel, le chef de la Fédération, qui a publié le rapport.

Selon Naguib Gabriel, qui se base sur des données issues de rapports provenant des églises coptes et des communautés à l’étranger, le problème trouverait son origine dans la tendance actuelle de l’immigration qui aggrave l'état de minorité des coptes, a-t-il déclaré au journal Al-Masry Al-Youm . Il a exhorté le Conseil Suprême des Forces Armées (SCAF) et le cabinet égyptien à travailler sur la réduction du phénomène.



« Près de 16 000 ont migré vers la Californie, tandis que 10 000 sont allés au New Jersey, 8000 à New York, et 8000 dans d’autres États américains » « Autour de 14 000 se sont rendu dans la région est de l’Australie, 17 000 au Canada, et 20 000 se sont installés dans les Pays-Bas, Italie, Angleterre, Autriche, Allemagne et France. »



Il attribue cette émigration copte aux groupes salafistes extrémistes qui cherchent à appliquer la loi islamique et veulent interdire aux Coptes les postes gouvernementaux importants. Il a également pointé du doigt les attaques contre les églises coptes et l’échec du gouvernement à conduire les attaquants devant la justice.



L’auteur copte du rapport, Kamal Zakher, estime que les chiffres du rapport sont exagérés, mais que le problème de l’émigration copte est réel et l’inquiétude justifiée. Selon lui, la révolution du 25 Janvier ne peut pas être la cause principale de ces émigrations puisque les procédures d'émigration peuvent prendre jusqu’à un an pour se terminer.



Le responsable des églises évangéliques en Égypte, Safwat Al-Bayadi, a également exprimé son inquiétude au sujet cette émigration massive, en signalant que sa résolution passera par une volonté politique à l'endiguer.



Les Chrétiens représentent près de 10% de la population égyptienne. Après l’éviction de l’ancien président égyptien Hosni Moubarak en février, l’influence politique croissante des groupes islamistes, dont certains voient les coptes comme des infidèles et leur refusent le droit d’accéder à des postes de hauts fonctionnaires, soulève de plus en plus d’inquiétudes dans la communauté copte. Et ce malgré les propos se voulant rassurants de la part des Frères musulmans.

La communauté internationnale s'émeut de la condamnation à mort possible pour apostasie d'un pasteur chrétien en Iran s'il ne se déclare pas musulman.

M. Nadarkhani, 32 ans, musulman converti au christianisme à l'âge de 19 ans et devenu pasteur d'une petite communauté évangélique baptisée "Eglise d'Iran". Il a été arrêté en octobre 2009 et condamné à mort pour apostasie en vertu de la charia (loi islamique) en vigueur en Iran. Celle-ci prévoit l'annulation des poursuites si le condamné "se repent" et renonce à sa conversion. La Cour suprême iranienne a ainsi annulé ce verdict début juillet, et renvoyé l'affaire devant le tribunal de Rasht (nord de l'Iran), d'où le pasteur est originaire, en demandant à l'accusé de se repentir.
L'épouse du pasteur, arrêtée en même temps que lui et initialement condamnée à la prison à perpétuité, a été acquittée en appel.

Plusieurs capitales occidentales, dont Washington, Londres et Berlin, ont dénoncé mercredi le sort fait à M. Nadarkhani, et ont appelé à sa libération. La Pologne qui préside l’Union européenne a aussi sommé Téhéran de renoncer à l'exécution du pasteur Lors d'une rencontre avec l'ambassadeur iranien à Varsovie, convoqué au ministère, ainsi que Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne qui s’est déclarée « extrêmement préoccupée ».

Le chef de la diplomatie britannique William Hague a demandé à Téhéran de revenir sur la condamnation, critiquant les réticences continuelles du régime iranien quand il s'agit de respecter ses obligations constitutionnelles et internationales en matière de liberté de culte. Le responsable du ministère allemand des Affaires étrangères en charge du Moyen-Orient a convoqué le chargé d’affaires de l’ambassade d’Iran au ministère des Affaires étrangères pour demander que la peine de mort soit levée, rappelant que la condamnation ne respectait pas les engagements internationaux de l’Iran en faveur de la liberté religieuse.

"Les Etats-Unis condamnent la sentence de mort infligée au pasteur Youcef Nadarkhani. L'exécution de la peine capitale serait une nouvelle preuve du mépris total des autorités iraniennes pour la liberté de culte", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney

La condamnation de Youssef Nadarkhani "constituerait une violation du Pacte international sur les droits civils et politiques auquel l'Iran a librement souscrit ainsi que de la Constitution iranienne qui garantit la liberté de religion et de croyance", a affirmé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero

"L'Iran s'est engagé du point de vue du droit international à respecter les minorités religieuses. Ceci comprend le droit au choix et à l'exercise de la religion", selon le communiqué allemand.

Selon son avocat, M. Nadarkhani avait jusqu'à mercredi pour renoncer à sa foi.

Le Figaro
Romandie News
[RFI|http://www.rfi.fr/moyen-orient/20110930-condamnation-mort-pasteur-iranien-emeut-communaute-internationale
Le Point
Le Figaro

Recommander ce site

Calendrier

« septembre 2011 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930

Catégories



Parse error: syntax error, unexpected $end in /home/indignat/www/persecutions/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 784