Une église a été incendiée à Merinab, dans le gouvernorat d'Assouan au sud de l'Egypte, après des déclarations du gouverneur Mostafa el-Sayyed selon lesquelles l'édifice avait été construit sans obtenir l'approbation des autorités (chose par ailleurs extrêmement difficile dans ce pays musulman).
Ces déclarations auraient provoqué la colère de jeunes musulmans qui ont incendié l'église Saint-Georges, selon la télévision d'état qui rapporte les faits. Des manifestants coptes se sont rassemblés devant la bâtiment de la télévision ont protesté et réclamé le limogeage du gouverneur de cette ville, l'accusant d'avoir menti, sachant que les média n'iraient jamais vérifié leurs sources dans un village. Ils ont aussi réclamé la libération du blogueur copte Michael Nabil, condamné à trois ans de prison ferme en avril par un tribunal militaire pour avoir "insulté" l'armée sur son blog (il a entamé une grève de la faim et est soutenu par amnesty International)

L’autorisation de construire des églises est très difficile à obtenir, et l'islamisation galopante du pays depuis la révolution n'arrange rien. Au-delà des tracas administratifs et arbitraires (chaque gouverneur a seul l'autorité d'autoriser ou non la construction d'une église, et ils craignent en général de déplaire au peuple musulman), lorsque des musulmans apprennent qu’une demande de permis de construire une église a été déposée, ils s’empressent de bâtir une mosquée (quelques pierres suffisent) à proximité du terrain prévu, ce qui rend alors l’édification d’une église impossible. Il arrive même que des musulmans recourent à la violence pour empêcher des chrétiens de disposer de lieux de culte convenables, ce qui est arrivé plusieurs fois ces dernières années.

Des blogs coptes apportent des précisions, photos et vidéos à l'appui.
L'église Saint-Georges était en restauration depuis le 26 août et possédait tous les permis nécessaires depuis un an. Mais les salafistes menaçaient les chrétiens et leur édificie, et avaient bloqué l'accès à la ville. L’église Saint-Georges a été construit il ya 100 ans, et le diocèse avait donné la permission de la rénover complètement. Le gouverneur d’Assouan avait lui-même signé la licence pour la rénovation en 2010.

Après la prière du vendredi ce premier octobre, une foule de plusieurs milliers de musulmans du village de Elmarinab à Edfou, dans la province d’Assouan, ont démolis et incendiés l’église Saint-Georges, qui était en rénovation. La foule a démoli la coupole, les murs et les colonnes, puis s'est rendue à l’église où le bois nécessaire aux rénovations a été stocké puis incendié. Selon des témoins oculaires, les musulmans ont également incendié un grand dépôt de produits électriques appartenant à un copte, un supermarché et quatre maisons coptes, et ont menacés d'incendier les autres maisons si les habitants en sortaient. Les musulmans ont également empêché les pompiers d’entrer dans le village.

« Les forces de sécurité, qui étaient présents, se tenait là à regarder », a déclaré M. Michael Ramzy, un travailleur social à l’église.

Le procureur Mamdouh Nakhla chef de l’organisation des droits humains Al-Kalema a condamnés les musulmans qui instaurent leur propre loi.

« si le gouvernement égyptien est incapable de protéger ses citoyens, alors la société civile internationale doit intervenir immédiatement pour arrêter cette tragédie humaine. »

Dans une interview sur la chaîne de télévision copte, le Père Salib de l’Église Saint-Georges a dit que « l’imam de l’une des mosquées du village a appelé le peuple à prendre les choses en main ». D’autres témoins ont en effet dénoncé l’imam Cheikh Sabri.

Les Coptes (ou chrétiens d'Egypte) qui représentent de 6 à 10% des Egyptiens, s'estiment discriminés dans une société en grande majorité musulmane. Ils ont été visés par plusieurs attentats, en particulier celui du Nouvel an contre une église à Alexandrie (21 morts).
Des églises avaient déjà été attaquée [en février] et [en mai].