Un commerçant chrétien de 50 ans, Jamil Masih, a été tué par balles à bout portant par deux inconnus à Karachi alors qu’il ouvrait son magasin situé dans le centre commercial « Lune », dans la zone de Gulshan-e-Iqbal. Son meurtre intervient le même jour et dans la même zone que celui du pasteur Sawan. Jamil Masih vivait au sein de la colonie chrétienne « Essa Nagri » (la plus importante du Sindh) et était socialement engagé en faveur de la promotion sociale des jeunes chrétiens du quartier. Selon la police, le meurtre serait (encore ?) la conséquence d’une vengeance d’ordre privé mais « les chrétiens sont souvent victimes d’exécutions sommaires » remarque une source de Fides.

Le Père Mario Rodrigues, prêtre de Karachi et Directeur des Œuvres pontificales missionnaires au Pakistan note que :

« à Karachi, il existe une grande insécurité dans la vie quotidienne pour l’ensemble de la population. Les minorités, dans ce cadre déjà difficile, sont plus vulnérables parce que moins considérées et moins protégées ».

Dans la province du Sindh, la tension est vive depuis l’assassinat de quatre médecins hindous commis par les membres d’une confraternité musulmane. L’Assemblée nationale a été saisie par le Parlement sur la questionde la protection des minorités religieuses. Les hindous, ont décidé de demander de façon ironique au gouvernement de « priver de la nationalité pakistanaise les minorités religieuses », afin de parfaire leur état de « citoyens de seconde classe », victimes de discriminations et d’inégalités. Le Ministre de l’Intérieur, Rehman Malik, a promis une action efficace de la police qui a arrêté 11 personnes retenues responsables du crime.