PERSÉCUTIONS DANS LE MONDE


Les chrétiens d’Algérie tirent la sonnette d’alarme : depuis quelques mois leur petite communauté se trouve dans la tourmente : mesures d’expulsion, condamnations ou refus de visas se multiplient depuis l’ordonnance de 2006 réglementant l’exercice des cultes autres que musulman.

Dans les dernières semaines, la situation s’est crispée encore davantage. Le dernier incident en date est l’expulsion de l’ancien président de l’église protestante d’Algérie, dans le pays depuis quarante-cinq ans et qui vient d’être sommé de quitter le pays dans les quinze jours. Comment expliquer ce durcissement apparent des autorités algériennes envers les chrétiens présents dans le pays ?
Eléments de réponse avec Benjamin Stora, historien, directeur scientifique de l'Institut Maghreb-Europe... interview (format Real Media)

En 2005, l’association China Aid (CAA) faisait paraître son premier rapport annuel sur la situation des religions en Chine pour exposer la persécution des églises clandestines par le régime chinois. En raison de statistiques incomplètes, ces chiffres pour 2007 ne représentent qu’une minorité de ceux qui sont persécutés par le régime chinois.

Mais selon ce rapport, 60 cas de persécution des églises ont été recensé en 2007, soit une augmentation de 30% par rapport à 2006. Le nombre de victimes en 2007 s'élève à 788 personnes, soit une augmentation de 18%. On y trouve 17 cas de mauvais traitements, et 693 personnes arrêtées pour des motifs religieux. 84 missionnaires étrangers ont été encore arrêtés, interrogés, expulsés ou ont vécu d’autres formes de persécution. Selon la CAA, le régime communiste chinois est aujourd'hui dans une phase très sévère de persécution, créant la plus grande poursuite d’adhérents religieux chinois depuis 1954. Les publications religieuses sont toujours sévèrement interdites.

La CAA a été fondée par Bob Fu, lui-même emprisonné en 1996 en Chine avec sa femme pour avoir enseigné l’étude de la Bible. Après avoir été relâchés, ils ont fui à Hong Kong, puis aux Etats-Unis, où la CAA a été fondée.

Le dimanche 6 janvier, plusieurs églises et monastères appartenant aux diverses communautés chrétiennes à Bagdad et à Mossoul ont été la cible d'attaques au moyen de fusées Hawk ou de voitures piégées.

En outre, à Mossoul, des chrétiens ont reçu des lettres les enjoignant à embrasser l'Islam ou à quitter la ville définitivement.

Des violences anti-chrétiennes ont eu lieu le 24 décembre 2007 dans l'Etat d'Orissa, en Inde, qui ont fait 9 victimes.

Neuf chrétiens ont été tués, des centaines d'autres blessés, 90 églises ont été brûlées brûlées, 600 habitations chrétiennes détruites, et des centaines de chrétiens poursuivis ont dû fuir dans la forêt. Ils sont des milliers aujourd'hui à se retrouver sans logis.
Plus d'une semaine après les événements, la situation demeure très tendue dans la région.

Les violences ont commencé dans le village de Brahmani, district de Kandhamal, où une tente était en train d'être érigée par les chrétiens pour célébrer Noël. Un groupe composé de plusieurs centaines d'hindous ont fondu sur eux avec fureur pour les empêcher de continuer. Malgré le déploiement de 20 pelotons de police et l'instauration d'un couvre feu, la violence s'est propagée à plusieurs autres villages.

L'Etat d'Orissa est le premier Etat indien à avoir instauré une loi anti-conversion en 1967. Depuis, les chrétiens y sont régulièrement accusés d' «acheter» les conversions. C'est également le cas dans plusieurs autres Etats de l'Inde.
Les persécutions anti-chrétiennes sont en hausse dans ce pays ces dernières années.

A Bassora, deux membres de la communauté chaldéenne, Ousama Fareed (45 ans), et sa sœur Maysoun (42 ans) ont été emmenés de force de leur demeure, ce dimanche 9 décembre par des inconnus qui les ont ensuite assassinés par balles à 3 kilomètres de leur résidence.

A Bassora toujours, des inconnus ont placardé des affiches, ce même dimanche, en divers endroit de l’université, accordant trois jours aux étudiantes chrétiennes pour se conformer à la tenue vestimentaire de rigueur (port du voile, couleurs foncées etc.). Des étudiants appartenant à une organisation armée ont également approché des étudiantes chrétiennes, les menaçant de mort si elles ne portaient pas le voile dans l’enceinte de l’université.

Dans le centre Mossoul (précisément dans le quartier appelé Souk Al-Nabi Younes), chef-lieu de la province de Ninive, à 450 km au nord de Bagdad, une jeune femme chrétienne de 24 ans a été assassinée dimanche par des inconnus circulant à bord d’une voiture neuve ; ce fait a été attesté par le chef des opérations de la police de Ninive, Mohammad Abdulaziz Al-Waka’a.

Le XXe siècle a fait plus de martyrs chrétiens que les dix-neuf siècles précédents. Mais le XXIe siècle a déjà moissonné ses victimes. Thomas Grimaux signe « Le Livre noir des nouvelles persécutions antichrétiennes» , paru en France le 22 novembre (éd. Favre), au moment où le Parlement européen vient d’adopter une résolution sur « de graves événements compromettant l'existence de communautés chrétiennes » devant « la multiplication d'épisodes d'intolérance et de répression vis-à-vis des communautés chrétiennes ».

Thomas Grimaux, 40 ans, a voyagé pendant de nombreuses années dans des pays en guerre ou en persécution : il parle en homme de terrain, de faits concrets, réels. Mais il a aussi scruté la logique interne et les filiations de différents textes « antichrétiens ».

L'agence Zenit interview son auteur dans un texte en trois parties :

La première partie, introductive, évoque notamment les trois sources actuelles de persécution : «(…) les fondamentalismes hindouiste ou bouddhiste (que nous traitons ensemble en raison de certaines similitudes) ; le communisme ; l’islamisme (que je distingue de l’Islam).»

Dans la deuxième partie de l’entretien, qui porte principalement sur l’Europe de l’est, la situation à l’époque soviétique est évoquée, par le biais d’un rapport de 1995: « Ce « Rapport » est peu connu. Pourtant, il est instructif au sens où il montre l'ampleur de cette persécution. Publié à Moscou le 27 novembre 1995, le rapport a été établi par une commission ad hoc, instituée par le Président Eltsine. Il fut donc le premier rapport officiel. On y découvre que, de 1917 à 1980, ce sont des centaines d'évêques orthodoxes, des dizaines de milliers de prêtres et des millions de fidèles qui ont été exterminés en raison de leur foi. On y apprend que Lénine, dans un message secret adressé au « Politburo », recommandait d'abattre les membres les plus représentatifs du clergé réactionnaire. Le rapport donne des chiffres terrifiants : « En 1937, 136.900 ecclésiastiques orthodoxes ont été arrêtés et 85.300 tués. 28.300 ont été arrêtés et 21.500 tués en 1938. En 1939, sur 1.500 personnes arrêtées, 900 ont été tuées. Même durant la deuxième guerre mondiale, quand Staline autorisa la réhabilitation partielle de l'Eglise, chaque année plus de 100 prêtres orthodoxes ont été exécutés ». Le rapport de 1995 avance l'assassinat de 200.000 prêtres orthodoxes en tout ! L'histoire précisera sans doute ultérieurement. Mais, dès à présent, grâce à l'annuaire de l'Eglise russe d'avant la Révolution d'Octobre, on sait qu'il y avait, en 1916, 147 évêques, 117.915 membres du clergé, 21.330 moines et 73.299 moniales. On dénombrait 547 monastères féminins et 478 masculins. Lors de l'invasion allemande, seuls quatre évêques exerçaient encore leur fonction.»

La troisième et dernière partie de l'entretien concerne les persécutions de la part des islamistes.

Les familles chrétiennes du village Manshat Amrou Markaz Al-Foushn, à Beni Souweif, au nombre de 150, étaient en train de prier pendant la dédicace de leur église en pisé, qui a été construite et rénovée avec l’autorisation de la sécurité d’Etat. Ce même soir, des habitants musulmans ont, une nouvelle fois, lancé des bombes incendiaires sur les habitations chrétiennes et déraciné des arbres dans les champs des chrétiens, prétextant qu’il s’agit de terres islamiques sur lesquelles il est interdit aux chrétiens de construire des églises.
La sécurité est bien sûr intervenue en faveur des musulmans, elle a arrêté des coptes et leur prêtre durant trois jours après que le maire du village a témoigné du fait que ce sont les chrétiens eux-mêmes qui ont mis le feu à leurs églises alors qu’ils en accusent les musulmans.

On ne rêve pas, ça se passe aujourd'hui, dans un pays civilisé !

MàJ 2009: Un livre est paru sur ce sujet
Dhimmitude ou L'oppression des Chrétiens d'Egypte


Le jeudi 15 novembre, le Parlement européen a condamné les "graves épisodes qui mettent en danger l'existence des communautés chrétiennes et d'autres communautés religieuses".

Dans une résolution approuvée à 57 voix contre deux et une abstention, les parlementaires européens se sont dit particulièrement inquiets de la multiplication des épisodes d'intolérance et de répression contre les communautés chrétiennes, notamment en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient.

Le texte appelle les gouvernements concernés "à juger les auteurs de ces crimes", à fournir "des garanties adéquates et effectives de liberté de religion et de croyance" et à améliorer la sécurité des communautés chrétiennes, soulignant que "les autorités ont le devoir de protéger toutes les communautés religieuses, y compris les communautés chrétiennes, de la discrimination et de la répression".

Le texte cite des cas concrets d'enlèvements, d'homicides et de violences enregistrés récemment dans plusieurs pays : Irak, Pakistan, Gaza, Egypte, Turquie, Syrie, Soudan, Chine et Vietnam. Entre autres, l'enlèvement de deux prêtres irakiens en octobre dernier, l'assassinat du P. Ragheed Ganni et de trois diacres à Mossoul en juin, l'assaut mené contre une église chrétienne en octobre dans la périphérie de Lahore l'assassinat d'un évêque protestant et de son épouse en août à Islamabad au Pakistan, l'assassinat du gérant d'une librairie chrétienne à Gaza en octobre, l'enlèvement du P. Bossi en juin aux Philippines, etc. "Promouvoir la tolérance"

Grâce à cette résolution, s'est félicité Mario Mauro, vice-président du Parlement européen et promoteur de la résolution, interrogé par l'agence italienne SIR, "la Commission européenne devra désormais faire davantage attention à ce que tout programme de coopération et d'aide au développement soit établi sous la condition que le principe d'une vraie liberté religieuse soit respectée".

Un projet important donc !

Les anciens musulmans égyptiens devenus chrétiens éprouvent toujours beaucoup de difficultés en Egypte. Ainsi, Mohammed Ahmed Hegazy, 24 ans, s'est converti au christianisme, il y a huit ans. En représaille, il a été arrêté, emprisonné et torturé. Et ses papiers ont continué à contenir la mention de « musulman ».

Depuis, il s'est marié et attend un enfant. En vertu du droit égyptien, tout enfant né de père « musulman » est automatiquement musulman, avec l'interdiction d'être éduqué dans la foi chrétienne. Pour éviter cela, Hegazy a demandé que, dans ses papiers, la mention de « chrétien » remplace désormais celle de « musulman ». Malgré son droit légal à la liberté de religion, les autorités s'y opposent.
Des militants des droits de l'homme et des avocats qui le défendent reçoivent des menaces des milieux islamistes. Mi octobre, des extrémistes musulmans ont saccagé l'habitation de Hegazy et de sa famille, qui, depuis, vivent dans la clandestinité.

Un rapport de Justus Weiner, du Jerusalem Center for Public Affairs paru le 6 décembre conclut que les chrétiens de Cisjordanie et de Gaza sont susceptibles de disparaître complètement dans les 15 années à venir, comme conséquence de l’accroissement de la persécution et des mauvais traitements par les musulmans. Des dizaine de milliers de chrétiens ont déjà été contraints de quitter leur pays, et la tendance est en hausse. En 1965 les chrétiens constituaient pourtant la majorité de la population de Bethléem (75% en 1950).

En décembre de cette année, des musulmans en armes ont tenté de tuer un chrétien palestinien de la bande de Gaza, après l’enlèvement et le meurtre d’un autre chrétien en octobre. «Le dernier incident vise à envoyer un message à tous les chrétiens d’ici, nous signifiant que nous devons nous en aller», affirme un dirigeant chrétien. «Les groupes islamiques radicaux mènent une campagne pour se débarrasser de nous, et personne ne semble s’en soucier.»

La seule station chrétienne de télévision de Terre Sainte a cessé ses programmes fin octobre, du fait de problèmes sécuritaires et financiers. Durant plus d’un an, le directeur et propriétaire de la station de télévision Nativité aurait reçu des menaces de mort et été l’objet d’intimidation. Ses cinq frères et sœurs sont déjà partis à l’étranger et il est prévu qu’il fasse de même quand la station sera fermée.

Le rapport met l'accent sur la responsabilité des Palestiniens musulmans tandis qu'il assure de la protection accordée aux chrétiens par Jérusalem.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13

Recommander ce site

Calendrier

« février 2012
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829

Catégories



Parse error: syntax error, unexpected $end in /home/indignat/www/persecutions/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 784