Après la profanation déjà subie en mai dernier, une nouvelle profanation est découverte le 7 Juin. 14 tombes ont été marquées de graffitis néonazis. L'écriture est la même. L'affaire n'est pas médiatisée, l'administration a « cloisonné » l'accès.

Puis en septembre 2004, ce fut au tour de l'Eglise d'être vandalisée (sans doute encouragé par l'impunité et l'absence de réaction)