Une église a été incendiée mardi soir dans la banlieue de Romans-sur-Isère (Drôme). Le feu, d'origine criminelle, a été mis devant l'autel. Simultanément, le feu était mis à la salle de catéchisme de l'église Saint-Jean d'Ars, un petit bâtiment récent situé dans le quartier sensible de la Monnaie à Romans. Le feu a pris vers 22H00 et a détruit l'autel et une partie de la toiture, avant d'être maîtrisé vers minuit par les pompiers.

Pour une fois, cet incendie, lié aux émeutes dans lesquelles la France est plongée depuis deux semaines, a été fermement condamné par les autorités.

  • Jacques Chirac a condamné cet "acte inacceptable" au travers d'un communiqué. Il a exprimé aux responsables et aux fidèles de la paroisse "sa sympathie et sa solidarité", ajoutant que "toute la lumière sera faite sur cette agression intolérable" dont les auteurs seront "poursuivis et sanctionnés".
  • Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris, et Mohamed Béchari, président de la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF), ont condamné "très vigoureusement cet acte odieux et lâche qui porte atteinte à la dignité du culte".
  • Des élus et responsables associatifs se sont rendus dans la soirée dans ce quartier de Romans où aucun incident particulier n'avait eu lieu ces derniers jours, pour appeler au calme après cet "acte imbécile".

=========================================================================

Addendum (14 mai 2007) :
cinq jeunes ont été arrêtés à la suite de l'enquête et not été condamnés ce lundi 14 mai 2007 à des peines allant de 6 mois de prison ferme à 15 mois avec sursis. Le chef d'inculpation était "destruction volontaire par incendie". Aucune circonstance aggravante n'a été demandée du fait qu'il s'agissait d'un lieu religieux.
Ces jeunes bousillent leur avenir par des actes stupides (mais destructeurs), et la prison n'est pas ce qu'on voudrait leur souhaiter. Mais il faut aussi que les peines soient exemplaires. Elles sont plutôt faible en comparaison de l'année de prison ferme retenue contre les coupables de tagguage de tombes musulmanes à Lorette. Mais nous ne souhaitons pas que ces jeunes se détruisent à leur tour en prison.