Selon le secrétariat de l’épiscopat, il y a une recrudescence des profanations de lieux de culte et de cimetières chrétiens.
En 2005, l'épiscopat relève 214 sites dégradés (contre 130 en 2004), soit une progression de 60 % de ces profanations.
Bon nombre de ces profanations seraient le fait de jeunes influencés par ce que l’on appelle le courant sataniste.