Le 13 décembre une salle de prière située à la Rougière dans le 11ème, squattée depuis le début du ramadan par une communauté musulmane est récupérée par les forces de police suite à une plainte de l'organisme de HLM (voir ''la Provence'' du 14). La salle est murée par des parpaings. Le 14 au soir, en représailles, des individus mettent le feu à la chapelle (voir article de ''la Provence'' du 15.12)
Au même endroit, 6 voitures ont été brûlées et un slogan a été taggé sur le mur d'une boulangerie : "pas de mosquée = émeute toute l'année".



Communiqué du maire :
Dans la soirée du 14 décembre des individus ont délibérément incendié la Chapelle de la Rouguière. Il s'agit d'une atteinte à un édifice sacré commise par des voyous bien connus par lesservices de police, sous couvert d'une pseudo référence à la religion Musulmane. Cet acte criminel, lâche et inacceptable n'a aucune justification. C'est une provocation insensée dont l'objectif est de faire pression pour obtenir des lieux de culte supplémentaires par la force. Je rappelle qu'il existe actuellement plus de soixante lieux de prière et que la communauté Musulmane dispose d'un terrain alloué à la quasi unanimité des conseillers municipaux de Marseille pour ériger la future grande mosquée. Cet acte est une offense pour tous. Pour les Catholiques, pour les Musulmans, qui condamnent cette violence avec fermeté et pour tous les Marseillais concernés par le bien vivre ensemble dans le respect de nos différences et de nos croyances. » Jean-Claude GAUDINVendredi 15 décembre 2006
Pour rappel, l'incendie de mosquée est puni de cinq ans d'emprisonnement ferme. Ces individus "bien connus des services de polices" eux ne craignent pas grand chose dirait-on.