PROFANATIONS EN FRANCE


Le ministre de la culture, Mme Christine Albanel, s'était rendue à Perpignan en octobre dernier sur les lieux du terrible pillage de la cathédrale et de son "trésor".
Elle s'était engagée dans son discours à ce que ces actes soient plus sévèrement punis. Le réseau Unitas a envoyé 1500 courrier remerciant Mme Albanel pour sa décision, et les députés Jean-Frédéric Poisson et Christian Vanneste ont interrogé le ministre pour connaître les décisions qui avaient été prises.
Voici sa réponse :




>> Voir l'article complet


Une école privée catholique accueillant des élèves de maternelle et primaire a subi ce week-end des dégradations. Des objets religieux notamment ont été dégradés, croix abimées, inscriptions blasphématoires ou insultant la religion taguées sur les murs.
Des photos du pape présentes dans l'établissement catholique ont aussi été "bombées".

Les enquêteurs de la police de Cannes, qui savent à qui ils s'adressent, ont estimé qu'il s'agissait d'une "mauvaise plaisanterie", sans caractère idéologique. Bien sûr, c'est évident. D'ailleurs des croix nazies dans un cimetiere juif c'est aussi juste une "mauvaise plaisanterie". Tout le monde le sait bien.

La chapelle de l'église Saint Michel, à Lille, a été incendiée cet après-midi. L'acte est de nature criminelle selon le curé de la paroisse.

Réseau indignations
La voix du nord

On se souvient que le trésor de la cathédrale avait été pillé il y a exactement deux mois, provoquant la venue de Mme Albanel, ministre de la culture, qui avait courageusement engagé des dspositifs pour que ce type de délit soit plus sérieusement puni. Le message ne semble pas avoir été pris au sérieux, puisque la chapelle du Dévôt-Christ a été forcée dimanche. C'est le tabernacle qui était visé, et la porte blindée de celui-ci a été arrachée de ses gonds. Par chance, il était vide ce soir là, puisque le ciboire venait d'être utilisé pour la messe du soir. La profanation a ainsi été évitée, mais quel était le but réel de ces cambrioleurs ?

Une plainte a été déposée, s'ajoutant à l'affaire du trésor dérobé deux mois plus tôt.

Vingt-huit tombes ont été dégradées dans la nuit de lundi à mardi au cimetière de la petite commune de La Chapelle-Basse-Mer. C'est la troisième fois en l'espace d'un mois.

Des pots de fleurs renversés, des ornements extérieurs déplacés, le spectacle est triste, et les riverains s'y font. La dernière fois, c'était la nuit du 29 au 30 octobre dernier (à peine une semaine plus tôt), et encore les 8 et 9 octobre (15 jours encore plus tôt). Les dégâts avaient été considérables.


Recommander ce site

Calendrier

« novembre 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930