PROFANATIONS EN FRANCE


Vingt-six tombes ont été endommagées dans la nuit de mardi à mercredi au cimetière de Champlitte, en Haute-Saône (entre Vesoul et Dijon). On n'a relevé aucune inscriptions, mais les tombes ont été saccagées, des croix renversée ou cassées. Les vitres d'une petite chapelle ont été brisées, et la porte d'une seconde a été forcée. Les faits se sont déroulés dans la partie ancienne du cimetière.

Trois jeunes gens du village, âgés de 14 ans, ont été interpellés dans la journée suite à ces dégradations importantes. Le procureur de la République de Vesoul ne livre actuellement aucun commentaire, mais il donnera une conférence de presse demain.
C'est un marbrier qui a découvert les dégâts ce matin en venant travailler sur une tombe.


2010

D'après les chiffres communiqués par le ministère de l'intérieur en 2010, on compte pour l'année 2008 285 profanations contre des sites religieux, dont 6 atteintes aux sites israéliens, 13 atteintes aux sites musulmans et 266 atteintes aux sites chrétiens.

Le service de l'information générale (ex Renseignement Généraux) se sont mis à compter les actes depuis 2008. Ils ont enregistré 275 lieux de culte chrétiens vandalisés déclarés (146 cimetières et 129 églises, chapelles et calvaires). Cela représente 90% à 95% des lieux de cultes profanés.

Une dizaine de tombes ont été saccagées dans la nuit du nouvel an au cimetière de La Chapelle-Des-Marais, en Loire-Atlantique.

Le Jeudi 1er janvier, en se rendant au cimetière au matin, des habitants de la commune et découvrent plusieurs tombes dégradées, des ornements éparpillés, des stèles descellées. Des actes qui datent de la nuit.

L'annonce est faite au maire, qui lui fait l'effet « d'un véritable choc. On se demande tout de suite ce qui a pu se passer et surtout comment on a pu en arriver là. », déclare-t-il.

Au total, quatre stèles ont été descellées puis renversées. Une dizaine d'autres tombes ont également été vandalisées. Leurs ornements, les plaques commémoratives ont été posés sur le sol ou jetés par-dessus le mur d'enceinte.
Mais aucune inscription à caractère raciste ou xénophobe n'a été constatée.

Les auteurs sont rentrés sans aucun problème dans le cimetière, puisqu'aucune fermeture ne clôt le lieu.

Il y a deux ans, des tags avaient été inscrits sur le mur d'enceinte du cimetière.

« Mais là on franchit un palier supplémentaire. Il n'y a pas de mots pour qualifier ce genre d'acte. »

Franck Hervy, le maire, a rencontré des familles touchées par ces dégradations.

« Elles sont meurtries. Certaines personnes m'ont dit : Mais qui nous en veut ? »

Jeudi, la gendarmerie a effectué les premières prises d'empreintes. Tous les ornements, croix, pots de fleurs déplacées ou endommagés ont été recensés de façon à ce que les familles puissent déposer plainte. Lundi matin, la commune devrait également déposer une plainte.

Recommander ce site

Calendrier

« janvier 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031