L'église du Sacré-Coeur, à Maubeuge (située sur la route de Mons), a été la cible de dégradations lundi 24 aout en fin d'après-midi, aux heures d'ouverture de l'édifice religieux.

C'est un paroissien qui a involontairement mis fin aux dégradations en entrant dans l'église vers 18h30, mettant en fuite trois jeunes hommes d'une vingtaine d'années. Ce n'est qu'un instant plus tard qu'il en a compris le motif en constatant les dégâts commis.

Des carreaux d'un vitrail ont été brisés de l'intérieur à l'aide d'un vase utilisé comme projectile, un aigle en orfèvrerie a été désolidarisé d'un porte-livre et dérobé, et surtout, une croix surmontant le tabernacle, où sont conservées les hosties, a été arrachée et jetée à terre.

"Le préjudice n'est pas très important financièrement mais c'est toujours malheureux ce type d'agression même si c'est très rare", se désolé le père André-Benoît Drappier, curé de la paroisse Sainte Aldegonde, dont fait partie l'église du Sacré-Coeur.

Une inscription "Allah on t'aime" a été retrouvée sur un cahier de prières conservé au fond de l'église, mais le père Drappier, qui se veut prudent, estime qu'il peut s'agir "d'une façon de détourner l'attention".

"Ce qui est dommage c'est qu'on cherche à garder l'église ouverte le plus possible, pour rester ouvert sur le quartier, sur la ville, il ne faudrait pas que ce genre d'agression nous amène à vouloir nous protéger", indique le père Drappier. La police de Maubeuge a pu constater les dégradations, et une plainte a été déposée. L'enquête permettra sans doute d'identifier les responsables et, peut-être, de leur apprendre qu'en France, les religions ont droit à la paix et la sécurité ! (définition de la laïcité)