PROFANATIONS EN FRANCE



dimanche 27 septembre 2009

Une quinzaine de tombes ont été profanée dans le cimetière de Cré, des champs de Notz, près de CHâteauroux (Indre), dans la nuit de dimanche à lundi. Deux stèle ont même été renversées, tandis que les ornements des autres tombes ont été saccagés.

Des vandales se sont acharnés sur les croix blanches du cimetière militaire de Nompatelize, dans les Vosges, probablement au cours du week-end des 26 et 27 septembre. Plusieurs d'entre elles ont été sectionnées à la base et des morceaux jetés derrière une haie de petits sapins, tandis que la croix située au sommet d'une stèle plus imposante a été « décapité ».

Le maire de Nompatelize, Didier Barret explose :

« Ce qui différencie l'homme de l'animal, c'est le respect dû aux morts. Ceux qui ont fait cela sont des crétins, je ne sais même pas s'ils ont conscience de leurs actes. Je leur souhaite de connaître le prix du sang versé pour la paix et la liberté. »

Ces quelques croix latines ne matérialisent pas seulement la sépulture de cinq ou six combattants. Sous ce rectangle de verdure entretenu par des bénévoles se trouve la dernière demeure de 138 soldats français et allemands tombés lors de la bataille du 6 octobre 1870.

La profanation de la nécropole intervient quelques jours seulement après que des graffitis ont été relevés dans la chapelle voisine de Mon Repos.

Aucune réaction connue du monde politique devant cet acte ignoble.


Jeudi 17 septembre 2009

Dans la soirée du jeudi 17 septembre, entre 16 h et 18 h, une personne mal intentionnée s'est introduite dans l'église Saint-Hilaire (centre d'Halluin, Nord) pour renverser la statue de la Vierge disposée sur un socle dans la chapelle de droite. A cette heure, l'église est fermée pour la nuit, et ce geste a peu de sens sinon de la violence gratuite contre les emblèmes du catholicisme.

Dans la chute, la statue s'est brisée en deux morceaux principaux, sans compter de multiples éclats. La paroisse a bien évidemment porté plainte pour cet acte.

Les 11, 12 et 13 septembre 2009 se tenaient en la ville d'Angers la 11e édition du festival des Accroche-Coeurs, festival dirigé par Joe Bithume qui a lieu chaque année. Mais cette année, pour la dernière de joe Bithume, ce festival avait un goût un peu particulier, puisque le thème choisi était Anges et Démons, thème peu original que l'on retrouve régulièrement dans nombre de manifestation. Est-ce pour atteindre malgré tout l'originalité que les organisateurs ont voulu choquer ?

Ils ont en tout cas dépassé les bornes pour bon nombre d'observateurs. Lors du spectacle de clôture le public, familial, a pu voir des images à connotation sexuelle pouvant, et les journaux le confirment également, heurter un jeune public. Parodie de masturbation, gestes très obscènes et autres allusions sexuelles inattendues.

Aussi le Parti Chrétien démocrate s'est-il dit « profondément scandalisé » par les scènes érotiques proposées aux Angevins lors du spectacle de clôture, place Leclerc.

« De telles scènes devant nos enfants et 400 jeunes choristes ne peuvent s'apparenter à de l'humour ou pris au deuxième degré ! Rappelons enfin que les Accroche-coeurs sont entièrement financés sur fonds publics, soit 1,6 million d'euros en 2008. »

Le maire lui-même, Jean-Claude Antonini, n'a pas pu supporter ce spectacle, et s'est dit profondément désolé. Il a quitté le spectacle sans prononcer son discours de clôture.

Je "n'ai pas reconnu les Accroche-coeurs". "Je me fais un devoir de ne jamais intervenir dans les choix artistiques mais, je n’ai pas désiré cautionner les scènes indécentes par le discours de clôture que je prononçais traditionnellement. J’ai voulu marquer ma désapprobation par mon départ."

le spectacle prévu était plus accrocheur il faut dire, invitant les angevins à s'habiller en anges (forcément !) pour lutter contre les forces du malin. Le final n'a pas grand chose à voir avec cela, surtout quand les attaques se dirigent contre l'Eglise catholique, en face de la cathédrale de la ville !

Mgr Delmas, l'évêque d'Angers, a diffusé lui aussi un communiqué aux médias pour dénoncer le fait que « le sacrement de l'Eucharistie a été tourné en dérision ».

« la célébration de la messe est le coeur de notre pratique religieuse. Dans le pain et le vin consacrés, les fidèles catholiques croient à la présence réelle du Christ. La volonté de moquer publiquement leur foi en divers lieux de la ville, y compris au bas de la montée Saint-Maurice, en face de la cathédrale, vient bafouer le droit au respect des religions. » « Au nom des catholiques du diocèse d'Angers, je tiens à faire connaître à tous combien cette caricature a été ressentie comme injurieuse par les fidèles qui ont eu à la supporter. » conclut-il son communiqué.

Mais Pascal Larderet, qui a créé cette histoire, ne comprend pas le problème et estime normal que des démons lors d'un spectacle familial doivent se comporter comme de véritables démons, obscènes, blasphémateurs, pornographes, et violents contre la religion.

Il est toujours triste de constater que des fonds publics peuvent financer ce genre d'ébats qui bafouent la foi de ceux qui ont fait le choix de croire et de vivre leur foi...

Le cimetière d’Enchenberg, dans le Pays de Bitche, a été odieusement profané ces derniers jours, deux fois de suite.

La première fois, c'est un crâne humain qui a été découvert posé sur une tombe. Il proviendrait de l’ermitage du cimetière, servant autrefois d’ossuaire.

La seconde fois, c'est un homme qui a constaté l'urne où reposaient les cendres de son épouse avait été dérobée. La case où elle était entreposée avait été dévissée. Les gendarmes de Lemberg, Bitche et Sarreguemines se sont rendus sur place et ont ratissé les alentours. Ils ont retrouvé l’urne hier matin, à 200 m du cimetière. Les cendres avaient été renversées.

Non seulement les lieux de repos, les pierres tombales, mais à présent les dépouilles des morts eux mêmes sont la cible des vandales qui n'ont plus aucune notion de respect quelconque envers ce qui peut être considéré comme sacré !

soixante-dix tombes ont été vandalisées lundi en fin d'après-midi au cimetière de Coudekerque-Branche. Ces actes ont suscité la colère et l'indignation des familles touchées, mais les deux auteurs des faits, deux jeunes hommes bien connus des services judiciaires, ont été placés en garde à vue et devraient être jugés demain en comparution immédiate.

Plaques commémoratives brisées, fleurs piétinées, urnes funéraires en mille morceaux, tel est le spectacle qui s'offrait aux familles et asuscité de la colère, de l'indignation et une grande peine. Dans leur geste de destruction, les auteurs ont parfois jeté sur les tombes les imposants galets qui décorent l'allée centrale. Il n'y a pas eu d'inscription sur les sépultures

« Le columbarium a aussi été touché, ainsi que cinq tombes d'anciens combattants », précise le maire de Coudekerque-Branche, David Bailleul, qui condamne « ces actes odieux, inadmissibles et scandaleux ».

Au moment des faits, les deux auteurs suspectés d'avoir commis ces destructions ont été aperçus par des concitoyens qui ont immédiatement contacté les services municipaux. L'un deux est le fils du gardien, qui savait que son père fermerait exceptionnellement les grilles à 16 h 30 pour assister à la réunion de rentrée de la municipalité.
Les jeunes suspects, qui ont reconnu les faits, maintes fois condamnés, âgés de 18 et 19 ans, ont agi sous l'emprise de l'alcool. Ils ont fait l'objet, hier, d'une mesure de prolongation de leur garde à vue et devraient être présentés en comparution immédiate demain.

Recommander ce site

Calendrier

« septembre 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930



Warning: Unexpected character in input: ' in /home/indignat/www/profanations/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 759

Parse error: syntax error, unexpected $end, expecting ')' in /home/indignat/www/profanations/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 759