PROFANATIONS EN FRANCE


Le cimetière du Fousseret a été victime d'une violente profanation autour du 23 mars 2010. Une trentaine de tombes ont été visées. Des pierres tombales ont été renversées, des croix en pierre ont été brisées.

Le maire, Alain Condis, déposera plainte auprès de la gendarmerie.

La ligue de défense juive condamne fermement cette profanation et réclame des peines lourdes pour les coupables.

Un calvaire à Comar, situé le long de la route de Rouffach (très passante) et face à un magasin Lidl, a été brisée en plusieurs morceaux dernièrement.

Le blogueur, non chrétien, qui révèle ce vandalisme s'interroge.

Peu importe que les vandales soient des ivrognes, des satanistes ou des fanatiques religieux anti-chrétiens, ce qui pose question c'est la montée de la violence ordinaire(une profanation est une violence) et l'accoutumance, voire l'indifférence à cette situation. A ce jour aucun responsable politique ou religieux ne s'est indigné publiquement de cette profanation; ce qui là encore pose d'autres questions.(...)

Nos calvaires font partie de notre héritage et de notre paysage, si nous ne sommes plus capables de nous mobiliser pour les préserver, cela signifie que notre culture et nos valeurs sont en voie de disparition avec notre accord tacite.

On croise régulièrement, hélas, ce genre de calvaires décapités le long de nos routes.

Cette affaire survient alors qu'en Suisse un homme a été arrêté pour ce genre de faits. En février 2010, la croix des Merlas, située sur la commune de Bas-Intyamon, au-dessus de Grandvillard, avait été sciée net par un vieil homme anti-chrétien, qui avait également vandalisée la croix du sommet du Vanil-Noir, toujours à Grandvillard, en octobre 2009.
Arrêté, l'homme est poursuivi pour atteinte à la liberté de croyance et des cultes et dommages à la propriété.

L'église Sainte-Claire du quartier de Penhars, à Quimper, a été cambriolée dans la nuit du jeudi 18 mars 2010. Mais le tabernacle a aussi été profané.

Les cambrioleurs se sont introduits dans l'Eglise en fracturant la porte de la sacristie au pied-de-biche, alors qu'elle se trouve à quelques mètre seulement du commissariat de police. À l'intérieur, tous les meubles ont été ouverts, le linge liturgique jeté à terre, toutes les pièces fouillées, jusqu'au clocher. Mais au final, les visiteurs ne sont repartis qu'avec un lecteur CD et un micro.

C'est la première fois en douze ans que l'abbé Pierre Jaouen, curé de la paroisse, déplore de tels faits. Mais ce qui le met en colère, c'est que les cambrioleurs ont investi le sanctuaire. La porte du tabernacle, la petite armoire placée sur l'autel et destinée à conserver l'eucharistie, a en effet été fracturée. Et les hosties ont été jetées au sol.

Un acte intolérable pour l'abbé.

«Je suis démoli. Le vol, oui, mais que l'on insulte notre lieu de prière, que l'on ait un comportement indigne à l'égard d'un lieu de culte, alors là, non. Cela a été fait dans le lieu crucial d'une église, le point névralgique, le site le plus sacré. C'est vraiment désolant, c'est une honte pour notre paroisse, une atteinte à l'essence même de ma mission. C'est une insulte pour tous les gens qui venaient ensuite à l'église pour un enterrement, un affront à la population».

Une plainte a été déposée.

L'église du Curé-d'Ars, située dans le quartier Pierre-Bolle entre Arras et Beaurains (Pas-de-Calais), a été vandalisée. La bible a été jetée au sol, des carreaux ont été brisés, des bancs renversés, des pots de fleurs cassés. Il ne s'agirait pas des premières dégradations constatées dans cette église, ou dans l'église proche de Bapaume.

Cette affaire de vandalisme choque en tous cas profondément l'abbé Berthe, qui évoque

« un manque de respect alors que la bonne nouvelle de l'amour de Jésus est une source d'espérance pour tout homme ».

La gendarmerie nationale a dressé un triste état des lieux des profanations en France, révèlant que pas moins de 184 faits de profanations ont été recensés en 2009 (faits pour lesquels des plaintes ont été déposées). Les départements du Bas-Rhin, de la Somme, d'Ille-et-Vilaine, de la Gironde, du Gard et des Vosges concentrent le plus grand nombre de violations.

D'après de bilan, seule une cinquantaine d'affaires, impliquant 106 vandales, ont été résolues cette même année. Les saccages visant les églises et les cimetières ont suivi une montée en puissance en 2004, avec plus de 140 cas constatés cette année là, les autorités ont remarqué des «pics» sur les douze derniers mois qui «correspondent, en partie, aux dates ou périodes symboliques célébrées par des groupuscules sataniques ou néonazis».
Ainsi, les profanations sont fréquentes le 30 avril, date anniversaire de la fondation de l'«Église de Satan» aux États-Unis et de la mort d'Adolf Hitler, ou le 31 octobre, date traditionnelle de la fête d'Halloween et jour de l'an sataniste, ainsi que lors des solstices et des équinoxes. Les enquêteurs ont même recensé «cinq violations de sépultures ou de tombeau», dont deux exhumations de cadavres pour des rites étranges en 2008.

«Près de la moitié des faits ont été recensés le week-end», ajoute un gendarme, estimant par ailleurs que ce «nombre est certainement plus élevé, compte tenu de la découverte tardive de certains délits».

Les sacrilèges recensés en zone gendarmerie (95% du territoire) touchent principalement des lieux chrétiens.

Le plus grave réside dans l'âge de la majorité de ces profanateurs. Sur les 50 affaires résolues (27% des affaires), 83 % des auteurs sont mineurs, et sont des garçons. C'est peut-être aussi pourquoi ces affaires sont plus faciels à résoudre, mais ce bas âge incite à la réflexion. Comment en est-on arrivé à une société où des adolescents et parfois mêmes des enfants saccagent des lieu de repos ou de prière par simple "amusement", souvent entaché de culte satanique, gothique, ou nazi peu avancé.

Selon le Figaro et les avis des experts, 2010 s'annonce sous les pires augures. 24 profanations ont déjà été recensées en seulement deux mois. L'absence de sanction ou de réactions éducatives incite peut-être ces jeunes à croire que ce "délit" peut permettre de s'affranchir des règles sociales en toute impunité ? Reste 134 cas non résolus.

Recommander ce site

Calendrier

« mars 2010 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031