Un calvaire à Comar, situé le long de la route de Rouffach (très passante) et face à un magasin Lidl, a été brisée en plusieurs morceaux dernièrement.

Le blogueur, non chrétien, qui révèle ce vandalisme s'interroge.

Peu importe que les vandales soient des ivrognes, des satanistes ou des fanatiques religieux anti-chrétiens, ce qui pose question c'est la montée de la violence ordinaire(une profanation est une violence) et l'accoutumance, voire l'indifférence à cette situation. A ce jour aucun responsable politique ou religieux ne s'est indigné publiquement de cette profanation; ce qui là encore pose d'autres questions.(...)

Nos calvaires font partie de notre héritage et de notre paysage, si nous ne sommes plus capables de nous mobiliser pour les préserver, cela signifie que notre culture et nos valeurs sont en voie de disparition avec notre accord tacite.

On croise régulièrement, hélas, ce genre de calvaires décapités le long de nos routes.

Cette affaire survient alors qu'en Suisse un homme a été arrêté pour ce genre de faits. En février 2010, la croix des Merlas, située sur la commune de Bas-Intyamon, au-dessus de Grandvillard, avait été sciée net par un vieil homme anti-chrétien, qui avait également vandalisée la croix du sommet du Vanil-Noir, toujours à Grandvillard, en octobre 2009.
Arrêté, l'homme est poursuivi pour atteinte à la liberté de croyance et des cultes et dommages à la propriété.