PROFANATIONS EN FRANCE


Dans la nuit du 26 au 27 août, l'église de Juniville a été visité en soirée et complétement vandalisée : cierges renversés sur le sol, tabernacle fracturé, affiches arrachées et brûlées au sol, vin de messe modifié… Les dommages financiers n'étaient pas importants mais ce vandalisme avait provoqué un vif émoi dans la population.

« Le ou les auteurs s'étaient introduits dans l'église sans effraction, profitant de travaux de remplacement d'un vitrail à trois mètres du sol, pour pénétrer dans l'église », indique le commandant Douvier de la compagnie de Rethel.

Il est intéressant de se dire que la réparation de ce vitrail est elle-même due à un vandalisme à la même époque un an plus tôt, laissant pour 10 000 € de dégâts.

Pour cette profanation, l'enquête a abouti à la mise en cause de quatre enfants du village.

« Les quatre garnements, trois de 9 ans, et un de 12 ans, ont tous reconnu leur participation à l'ensemble des faits, apparemment par jeu », précise le commandant, qui souligne que les conséquences auraient pu être autrement plus importantes, des affiches ayant notamment été enflammées sous une chaise. > « Ils recevront prochainement une convocation devant le juge des enfants dont le rôle sera, entre autres, de rappeler les lois et règlements ainsi que les obligations parentales. »

Une bien étrange éducation au respect des choses sacrées... Les abribus sont plus accessibles qu'une église pour "jouer" au vandale... Quant à fracturer un tabernacle, minuscule abri au plus loin du centre de l'Eglise, et aller chercher le vin de messe dans la sacristie... cela témoigne un acharnement ciblé qui dépasse le simple cadre du "jeu". Mais il est de rigueur de minimiser ces actes, surtout lorsqu'ils sont commis par des "garnements" (appréciez le terme !).


Dimanche 22 août 2010

Dans la nuit de samedi à dimanche, une cinquantaine de tombes (73 selon TF1) du cimetière militaire allemand du champ de manœuvre, à Laon, où reposent 3 487 Allemands, a été la proie de vandales. Des croix métalliques scellées dans le sol ont été arrachées de terre, ou brisées net au niveau de la base.
Les tombes sont celles de soldats allemands tombés pendant la première guerre mondiale.

Une tombe juive a été profanée dans le tas, qui concentre toute l'attention des medias.

Cet acte est une récidive de profanations déjà perpétrées au mois de juin, où une vingtaine de croix de militaires allemands avaient été endommagées. Une enquête a été ouverte par les policiers. Ce cimetière de la ville est situé à l'écart, dans une zone boisée, réputée pour des rencontres clandestines.

Addendum 27/08/2010 : la justice est allé très vite sur cette affaire. Deux adolescents ont été arrêtés et ont reconnu les faits, une jeune fille de 18 ans et un mineur de 16 ans, qui disent ne pas avoir eu conscience d'être dans un cimetière (bizarre d'y casser des croix !). La jeune fille a été condmanée à 210 heures de travaux d'intérêt public et 3 mois avec sursis.

Un sanctuaire dédié à la Vierge Marie a été profané à Saint-Loup (Jura) dans le week-end du 15 août, une semaine avant son pèlerinage annuel. Sur le chemin de croix qui mène à une grotte de pierre érigée il y a 75 ans à la mémoire de la Vierge Marie, copie conforme de celle de Lourdes, une dizaine de croix et le socle du calvaire ont été tagués de symboles nazis, à la bombe de peinture rouge, et trois croix cassées et tombées à terre.

« Ça s'est passé en deux temps, explique le maire, Jean-François Bugnot, alors qu'il était dans la préparation du pélerinage annuel de Saint-Loup. Mercredi j'ai entendu dire qu'il y avait des dégradations à la grotte. Je suis monté : il n'y avait alors que deux croix à terre. Mais c'est dans la nuit de samedi à dimanche que les gros dégâts ont été commis. J'ai reçu un coup de fil du responsable de l'entente paroissiale et appelé les gendarmes. C'est impensable, impardonnable, d'autant que les paroissiens se donnent beaucoup de mal pour entretenir les lieux. Si nos ancêtres, qui étaient si fervents pour construire ce site, voyaient ça ! Même pour les non-croyants, c'est un endroit idyllique, un havre de paix. On n'avait jamais vu ça dans le pays ! (...) Vue la hauteur des croix, ce ne sont pas des gamins de dix ans qui les ont cassées ! »

Dans le village, la plupart des habitants se disent « choqués » et « très étonnés ». « On se pose beaucoup de questions » commente un conseiller municipal. Le diocèse de Saint-Claude a accepté de réagir :

« On est en attente d'informations plus complètes mais on ne peut que déplorer ce genre d'actions. C'est une atteinte à un patrimoine, et pas seulement uniquement religieux. En plus Saint-Loup prépare son pèlerinage. Quelles qu'en soient les raisons, vandalisme « de base » ou volonté délibérée contre l'Église et la religion, c'est inacceptable, au même titre que les croix gammées dans les cimetières juifs ou les mosquées. C'est une forme de profanation. Toutes ces atteintes aux signes religieux ne peuvent pas continuer. »

Une enquête a été ouverte et une plainte va être déposée.

Mise à jour 22/08/2010 : l'auteur des faits, un adolescent de 17 ans, a été arrêté et a reconnu les faits. On ne connait pas encore ses motivations.

La Nouvelle République fait état de tombes profanées à cette période au cimetière de Parthenay, à l'occasion de nouvelles profanations survenues sur le même lieu l'année suivante. Parthenay est situé dans les Deux-Sèvres, près de Niort.

Le cimetière d'Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, a été vandalisé le week-end 8 août 2010. Quinze tombe et une chapelle catholique ont été pris pour cible. Une croix de guerre 1914-1918 a été également détruite.
Parmi les tombes vandalisées, trois caveaux ont été particulièrement endommagés. Leurs pierres tombales horizontales ont été soulevées et leurs pierres verticales renversées et brisées, selon Isabelle Petonnet, sous-préfet de Lens. Les portes de trois chapelles ont été ouvertes et leurs vitres brisées. Sur d'autres sépultures, des objets funéraires comme des croix ou des fleurs en poterie ont été cassés et dispersés dans le cimetière.

Les actes de vandalisme ont été découverts lundi matin par des employés municipaux.

Selon Isabelle Pétonnet, sous-préfet du Pas-de-Calais, ces "actes odieux" étaient dénués de toute connotation raciste (bien sûr, les actes visent les chrétiens ! Il n'y a pas de qualificatif légal contre de tels actes !). Cette profanation fait suite à des dégradations au temple protestant d'Hénin, dans la nuit de mercredi à jeudi, où deux croix gammées avaient été inscrites à l'extérieur et des registres avaient été brûlés, dans le bâtiment. Mais le sous-préfet estime qu'il n'y a "aucune raison" de faire un lien entre les deux affaires.

Le ministre de l'intérieur a réagi très rapidement dans un communiqué (qui en fait apprend aux medias cette profanation) :

« C’est avec une grande émotion et une profonde tristesse que j’ai appris ce matin la profanation du cimetière municipal d’Hénin-Beaumont.
Les auteurs de ces actes indignes ont insulté les morts, puisque quinze tombes ont été vandalisées et deux caveaux démolis. Ils ont saccagé une chapelle catholique, lieu de recueillement dont les vitres ont été cassées et le mobilier brisé. Ils ont, enfin, souillé la mémoire des héros tombés pour la France, puisqu’une croix de guerre 1914-1918 a été détruite.
Je tiens à exprimer ma solidarité et ma sympathie aux familles des défunts, ainsi qu’à tous les Héninois légitimement choqués par ces actes révoltants.
J’ai demandé à ce que tous les moyens soient mis en œuvre pour en identifier les auteurs, les interpeller et les déférer sans délai à la justice. Toute profanation est une insulte non seulement aux défunts mais aussi à la France et à la civilisation. Les coupables ne resteront pas impunis. »

Voyons combien de mass media s'offusquent de cette profanation quand elle est annoncée par un ministre.

La commune de Perrigny, en périphérie de Lons-le-Saunier (Jura), est sous le choc après la découverte de la dégradation de sa statue de la Vierge Marie : badigeonné de vert fluo, le monument avait surtout, sur son socle, une croix gammée griffonnée.

(est-il besoin de rappeler aux ignorants à quel point le régime nazi haïssait la religion catholique)

L'église Saint-Géry, en centre-ville de Valenciennes (Nord), a vandalisé, sans doute samedi. Les paroissiens ont en effet retrouvé deux statues en bois (dont une de Saint Joseph) renversées de leur socle, qui gisaient à demi rompues.
D'autres dégradations ont aussi été notées dans l'église elle-même, et des canettes de bière vides ont été retrouvées sur place. La police a fait les constatations dès samedi soir.

L'église Saint-Géry abrite également la statue de Notre-Dame-du- Saint-Cordon, protectrice de Valenciennes, dont la valeur sentimentale pour les gens du cru dépasse de loin le seul cercle des paroissiens. Protégée par une alarme double, elle est heureusement intacte.

Recommander ce site

Calendrier

« août 2010 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031



Warning: Unexpected character in input: ' in /home/indignat/www/profanations/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 759

Parse error: syntax error, unexpected $end, expecting ')' in /home/indignat/www/profanations/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 759