Le cimetière d'Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, a été vandalisé le week-end 8 août 2010. Quinze tombe et une chapelle catholique ont été pris pour cible. Une croix de guerre 1914-1918 a été également détruite.
Parmi les tombes vandalisées, trois caveaux ont été particulièrement endommagés. Leurs pierres tombales horizontales ont été soulevées et leurs pierres verticales renversées et brisées, selon Isabelle Petonnet, sous-préfet de Lens. Les portes de trois chapelles ont été ouvertes et leurs vitres brisées. Sur d'autres sépultures, des objets funéraires comme des croix ou des fleurs en poterie ont été cassés et dispersés dans le cimetière.

Les actes de vandalisme ont été découverts lundi matin par des employés municipaux.

Selon Isabelle Pétonnet, sous-préfet du Pas-de-Calais, ces "actes odieux" étaient dénués de toute connotation raciste (bien sûr, les actes visent les chrétiens ! Il n'y a pas de qualificatif légal contre de tels actes !). Cette profanation fait suite à des dégradations au temple protestant d'Hénin, dans la nuit de mercredi à jeudi, où deux croix gammées avaient été inscrites à l'extérieur et des registres avaient été brûlés, dans le bâtiment. Mais le sous-préfet estime qu'il n'y a "aucune raison" de faire un lien entre les deux affaires.

Le ministre de l'intérieur a réagi très rapidement dans un communiqué (qui en fait apprend aux medias cette profanation) :

« C’est avec une grande émotion et une profonde tristesse que j’ai appris ce matin la profanation du cimetière municipal d’Hénin-Beaumont.
Les auteurs de ces actes indignes ont insulté les morts, puisque quinze tombes ont été vandalisées et deux caveaux démolis. Ils ont saccagé une chapelle catholique, lieu de recueillement dont les vitres ont été cassées et le mobilier brisé. Ils ont, enfin, souillé la mémoire des héros tombés pour la France, puisqu’une croix de guerre 1914-1918 a été détruite.
Je tiens à exprimer ma solidarité et ma sympathie aux familles des défunts, ainsi qu’à tous les Héninois légitimement choqués par ces actes révoltants.
J’ai demandé à ce que tous les moyens soient mis en œuvre pour en identifier les auteurs, les interpeller et les déférer sans délai à la justice. Toute profanation est une insulte non seulement aux défunts mais aussi à la France et à la civilisation. Les coupables ne resteront pas impunis. »

Voyons combien de mass media s'offusquent de cette profanation quand elle est annoncée par un ministre.