PROFANATIONS EN FRANCE


Des vandales se sont introduits vendredi 29 octobre dans l'église Saint-Laurent de Billère, près de Pau (Pyrénées-Atlantiques), qui date du XIIe siècle. Le tabernacle a été forcé et les hosties consacrées qu'il contenait ont été éparpillées sur le sol.

« Aucun objet de valeur n'a été emporté, ce qui incite à penser qu'il s'agirait d'un acte volontaire de profanation » commente le curé François Matta, devant des média qui rechignent toujours à employer ce mot concernant les catholiques. « Le tabernacle, c'est le trésor spirituel d'une église »

Il a déposé plainte pour dégradation d'objets de culte, et envisage d'installer un coffre fort dans le tabernacle, comme cela se fait souvent, sans que cela n'arrête vraiment els profanateurs du reste.
Le maire, Jean-Yves Lalanne s'est rendu sur place. Mais son commentaire est plutôt effrayant :

« C'est une incivilité, un acte de petite délinquance, considère ce dernier. Il est déplorable et malheureux qu'un ou des individus cassent la porte d'un tabernacle. Conformément à ce qu'a demandé le curé, nos services techniques répareront les dégâts ».

Il est difficile d'imaginer que de pareils propos auraient osés être tenus pour des tags sur une tombe juive. Mais que l'on s'en prenne à la chose la plus sacrée pour les catholique et la plus précieuse dans une église, autour de laquelle est d'ailleurs construit tout l'édifice, le corps vivant de Notre Seigneur, et ne vient à l'esprit d'un tel homme que le mot d'"incivilité". L'insulte est un peu forte !

La police s'est rendue sur les lieux samedi.

Informé de cet acte de vandalisme, Monseigneur Marc Aillet, l'évêque de Bayonne, a fait parvenir un communiqué à la hauteur de l'outrage subi :

"Informé par M. l’abbé François Mata, nouveau curé de la paroisse Sainte Marie de Billère, de la profanation survenue vendredi 22 octobre 2010 dans l’Eglise de Saint-Laurent de Billère, où le tabernacle de l’Eglise a été forcé et des hosties consacrées éparpillées à même le sol, je tiens à faire part aux fidèles du diocèse, de ma profonde stupéfaction et de mon indignation.

A l’évidence, aucun lieu de culte n’est aujourd’hui à l’abri de tels agissements. En 2009, la très officielle «Mission Interministérielle de vigilance et de lutte contre les mouvements sectaires» (Miviludes) dénombrait 226 actes de profanation dont 216 actes de profanations antichrétiennes, 6 profanations antimusulmanes et 4 profanations à caractère antisémite. En d’autres termes, plus de 95% des profanations recensées dans notre pays visent des lieux de culte ou des cimetières catholiques, et celles-ci ne font hélas qu’augmenter d’année en année.

A cet égard, je ne peux m’empêcher de m’interroger sur la responsabilité morale de certains médias qui entretiennent dans la société française, un climat d’anticatholicisme particulièrement malsain, et passent quasiment sous silence les actes de profanation ou de vandalisme lorsque ceux-ci n’ont pas pour cible nos frères juifs ou musulmans.

Les autorités politiques et les organisations antiracistes ont-elles suffisamment pris la mesure de la gravité de telles profanations, qui sont pour la plupart, la manifestation d’une forme de haine antireligieuse et antichrétienne à propos desquelles nous ne pouvons demeurer silencieux ? "

Cette dénonciation du cimat médiatique anticatholique actuel rejoint celle déjà émise par Bernard-Henri Levi

127 tombes ont été profanées dans le cimetière d'Igny-Comblizy (Marne). 61 stèles ont été renversées et leurs croix descellées, tandis que 66 autres tombes ont été dégradées moins lourdement samedi en début de soirée dans ce cimetière d'une commune rurale de la Marne comptant 371 habitants. Tombes, stèles, plaques funéraires, pots de fleurs, des objets funéraires ont été détruts et jetés un peu partout dans le cimetière.

L'auteur a été retrouvé : un mineur de 15 ans qui a été mis en examen dès le lundi suivant pour violations de sépultures.

"Il n'y a aucune connotation religieuse ni raciste, la piste de l'alcoolisation semble la plus probable", selon le substitut du procureur.

Selon lui, le jeune homme n'a aucun antécédent judiciaire et est scolarisé normalement.

"Il ne donne pas d'explication à son geste", a précisé le substitut.

Il avoue juste avoir bu ce soir-là et avoir «cédé à des pulsions et à des visions».

Le maire cependant reste dubitatif. Pour lui, l'adolescent de 15 ans «au physique de gringalet», n'a pas pu agir seul.

«Je ne parle qu'en mon nom, mais j'ai l'intime conviction qu'il y avait plusieurs personnes dans ce cimetière. Le gamin seul n'a pas pu causer autant de dommages. Il a forcément des complices», suppute Michel Rifflard.

«Pour déplacer une stèle, il faut au moins trois personnes», explique un des employés du cimétière. Mais un autre démontre qu'il suffit d'un seul grand coup de pied pour en faire tomber une. Des traces de semelles ont été retrouvées un peu partout sur plusieurs stèles.

Des tags anti-catholiques et des symboles satanistes comme des croix renversées ont été découverts le vendredi 22 octobre 2010 sur les murs et sur la porte latérale de l’église Saint-Louis, à Brest (Finistère).

Le groupe brestois des élus de la droite et du centre (UDC) s’est indigné dans un communiqué :

"Tous les lieux de culte, quels qu’ils soient, sont des endroits qu’il faut impérativement respecter. (…) Nous espérons que des suites judiciaires seront données à cette profanation que nous ne pouvons tolérer".

(Nous ignorons les réactions d'autres groupes.)

L'église catholique Saint Florent, à Strasbourg, a été profanée mardi par des islamistes qui ont tagué sur la porte un appel à la « croisade » pour l’Islam… "Jérusalem au musulman" (sic) et "La croisade pour la Terre sainte Islam" ont été écrits au feutre noir sur les deux battants d'une porte latérale de l'église Saint-Florent.

Cette profanation intervient dans un contexte tendu à Strasbourg où le maire de la ville a lancé la semaine dernière un appel contre le racisme et l’antisémitisme… Quatorze actes racistes, islamophobes ou antisémites marquants ont été recensés depuis le début de l'année par la mairie de Strasbourg, dont le premier magistrat Roland Ries (PS) a lancé en réaction la semaine dernière "un front républicain de refus de l'inacceptable". (a -t-il oublié les catholiques dans son refus de l'innacceptable ?)

L'UMP du Bas-Rhin a dénoncé mercredi dans un communiqué un "acte inadmissible".

"Il ne saurait y avoir d'échelle dans l'indignation, toute manifestation d'intolérance, d'extrémisme et de racisme doit, au même titre, être dénoncée", a ajouté la fédération.

Le maire socialiste de Strasbourg s'est déclaré indigné.

A Besançon, l'Eglise de la Madeleine, en centre ville, a été taguée d'injurieux « All catho are bastards », associés au A cerclé d’anarchie ponctué des trois points de ’’mort aux vaches’’.

Une plainte a été déposée par l'évêque, qui adresse également un communiqué :

« Dans la nuit du 9 au 10 octobre, des individus ont cru bon d’inscrire sur la porte de l’église Sainte Madeleine à Besançon, des propos insultants à l’égard des catholiques.
Je condamne fermement ces agissements irresponsables qui ne respectent ni l’édifice public qu’est l’église, ni la communauté à qui elle est affectée. Je réaffirme que rien ne saurait justifier la haine d’autrui et le mépris des personnes et de leur foi.
En commun accord avec la ville de Besançon, plainte a été déposée auprès des services de police ».

Un ou des cambrioleurs ont pénétré à la meuleuse dans la cathédrale pour fracturer le tabernacle et emporter un ostensoir de 1930 en bois et laiton (sans doute de peu de valeur...).

Le ou les malfaiteurs savaient pourtant manifestement ce qu'ils cherchaient, puisqu'ils se sont taillé une entrée en attaquant à la meuleuse la grille protégeant une ouverture de la salle de l'oratoire de la cathédrale. Ils ont brisé plusieurs vitraux au passage.

Pour le père Arnaud « peiné et blessé » comme nombre de ses paroissiens, « on a touché là à l'essence même de notre foi ». Un cambriolage vécu comme « un sacrilège et une profanation », déclare-t-il.

Recommander ce site

Calendrier

« octobre 2010 »
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031