Une vingtaine de tombes du cimetière de Gambais, dans les Yvelines ont été vandalisées dans la nuit de samedi à dimanche.

Les dégradations ont été constatées en fin de matinée dimanche. Des tombes ont eu leur plaque cassée et dégradée mais aucune inscription n'a été retrouvée dessus.

"Aucune communauté n'était particulièrement visée", a assuré la préfecture.

Aucune communauté. Voici une expression qui laisse songeur. Un crime n'est grave que s'il vise une communaté en particulier, et par des textes laissés sur place. Pas de texte, pas de cible, pas de victime. Les croyants qui se sentent blessés par de tels actes sous-humains ne sont pas une communauté, pas plus que les habitants qui se reccueillaient dans ce lieu, pas plus que les français qui ont encore inscrit en eux la pratique d'honorer les morts.

L'enquête a été confiée à la brigade de gendarmerie de Houdan.