PROFANATIONS EN FRANCE



28 septembre 2006 - St Brieuc

Les mardi 26 et jeudi 28 septembre, des individus - peut-être différents - sont entrés dans la cathédrale pour détériorer son mobilier. Des coups de couteaux auraient été donnés au grand tableau représentant la Résurrection, exposé au centre du retable de la cathédrale. "L'oeuvre, classée, venait d'être restaurée par les Monuments historiques" déplore le père Le Meur, curé de la cathédrale. Les faits se seraient déroulés en plein jour le mardi matin.
Le bas du tableau a été lacéré, un miroir a été souillé de crachats et les vases ont été renversés.
L'oratoire où les messes ont lieu en semaine a également été victime de ces malveillances : icône abîmée, des fleurs déchiquetées, nappe souillée. Peu d'imagination, heureusement, mais encore et toujours des gestes de haine que personne ne juge bon de relever. L'info n'a suscité l'intérêt d'aucun organe de presse sinon maville.com et Le Télégramme

Source :
maville.com


28 septembre 2006 - Meuse

L'église Notre-Dame de Bar-le-Duc dans la Meuse, a été vandalisée jeudi matin. Ce sont des statues de plâtre représentant le Christ au Sacré Coeur, Sainte Jeanne d'Arc et Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, qui ont été soulevées et projettées au sol, alors qu'elle reposaient sur des socles de plus d'un mètre de haut. Les trois statues se sont entièrement brisées.
Une statuette plus précieuse du XVIIIe siècle a aussi été endommagée, tandis que les vases de fleurs ont été systématiquement renversés.

Source :
Nouvel Obs


25 septembre 2006 - Calvados

L'église et le cimetière attenant du petit village de Surain ont été victime d'une profanation dans la nuit du dimanche au lundi 25 septembre.
Des croix ont été arrachées, des tombeaux descellés, des objets d’ornements ont été brisés, et des pierres tombales marquées de signes nazis. Nous n'en savons guère plus, l'information a été rapportée par Ouest-France le 29 septembre, en quelques lignes... un fait divers bien entendu !


24 septembre 2006 - Paris

Dans la nuit de samedi à dimanche, deux jeunes hommes en état d'ébriété ont lancé des pavés contre le portail de l'église Notre-Dame de Lourdes, dans le XXe arrondissement de Paris. Ils ont ainsi brisé le porche en verre de cette église moderne, empêchant le curé de célébrer la messe dominicale le lendemain. La police, qui a arrêté les deux malfaiteurs, a informé qu'ils ne la "trouvaient pas à leur goût".
Selon un porte parole de la police, "cet acte est dû à l'ivresse et n'obéit à aucune motivation politico-religieuse". Un refrain que l'on entend bien souvent dès qu'une église est attaquée.
Le père Michel Aupetit, vicaire général à l'archevêché de Paris, a précisé que le curé de la paroisse a porté plainte.

Sept tombes ont été profanées dans le petit cimetière de Vendine (un village d'une centaine d'habitants du Lauragais, Haute-Garonne). Des croix gammées et un salut nazi (« Heil Hitler, Zig Heil ») ont été découverts par le maire pendant une fête locale.

Une plainte a été déposée à la gendarmerie. Il semblerait que l'acte ait plus été fait par bêtise que par racisme (ben voyons), alors que la fête du village battait son plein juste à côté. Aucune personne de confession juive n'étant enterrée dans ce cimetière (donc pas de racisme, evidemment !)

Le cimetière de Vendine, qui comprend une cinquantaine de tombes, n'est pas le genre d'endroit où se retrouvent les néo-nazis ni les Satanistes.

Dans la nuit du vendredi au samedi 24 Juin, le feu a été mis à la chapelle d'une école catholique de Montpellier "Le Cours Notre-Dame". C'est la chapelle qui était visée en premier lieu, mais le feu s'est ensuite propagé jusqu'au réfectoire et a détruit toute l'installation électrique de l'école, qui a donc du fermer la veille de sa fête annuelle.
Le feu, d'origine criminelle, a été mis aux soutanes et soutanelles rangées dans la sacristie de la chapelle. L'école lance un appel au secours pour financer sa réouverture.

L'Eglise saint Paul, dans le quartier de la Paillade à Montpellier, a dû être fermée après avoir subi des dégâts avant le week-end. La messe du dimanche a dû être célébrée en plein air.
Dans la nuit du vendredi 19 au samedi 20 mai 2006, le lieu de culte a été pris pour cible pendant les violences qui ont secoué le quartier (suite à la mort accidentelle d'un jeune voler de moto poursuivi par la police). Des voitures ont été incendiées, mais l'Eglise aussi a curieusement été prise pour cible. Un engin incendiaire confectionné à l'aide d'une poubelle a été lancé contre la porte.
Les gaînes électriques ont fondu, alors que tout le système venait d'être refait à neuf.


La chapelle Notre-Dame du Désert à Laillé (Bretagne) a été livrée aux flammes dans la nuit du 14 au 15 mai. Les dégâts sont impressionnants, la chapelle ayant été presque totallement été détruite.

Les enquêteurs suspectent un nouvel acte criminel après les incendie de la chapelle Saint-Guen à Saint-Tugdual et la destruction de la chapelle du Sacré-Coeur à Ploermel au début de l'année. La police avait rapidement arrêté les responsables, un couple pour la première chapelle et un groupe de jeunes pour la seconde. Leurs actions avaient été expliquées par des liens à des rites sataniques.

La police redoute une recrudescence de ces violences à l'approche de la date du 6 juin 2006 ! (6/6/6)

14 avril 2006 - Anjou

Vendredi saint, des passants venus fleurir les tombes du petit cimetière de Combrée en ces périodes de célébrations religieuses intenses ont eu la mauvaise surprise de découvrir un spectacle peu réjouissant. Une dizaine de sépultures étaient profanées: pots de fleurs brisés, croix brisées et renversées. Des symptômes suggérant le satanisme une nouvelle fois. Aucun tag n'a été laissé sur les tombes.

La gendarmerie, saisie de l'affaire, n'exclut aucune piste.

Une fresque réalisée pour la foire aux vins de Saint-Amand-Montrond (Cher) a déclenché la colère de l'Eglise. Elle représentait une scène de la messe avec des personnages aux pommettes rougies par la boisson attendant la communion au sang du Christ (le vin). Une femme à genou au pied du prêtre lui présentait une poitrine plutôt dégarnie.
La partie de la fresque incriminée a finalement été masquée dans un souci d'apaisement.

« Ce dessin est d'un ridicule sans nom. Notre Église, c'est autre chose !» a dénoncé Jean-François Breton, curé de la commune. « En tant que prêtre, on se sent blessé »
« C'est un dessin provocant avec une femme à genoux devant le calice. Ce n'est pas pour faire comme les musulmans, mais on ne peut pas tout laisser faire. Il faut faire attention et avoir un minimum de respect des personnes », a ajouté le curé, à qui sa hiérarchie avait demandé d'agir.

Amador Castaner détourne ainsi tous les ans une scène connue sur le thème du vin. "Je ne vois pas ce qu'il y a de mal. On voit des décolletés. J'avais réalisé un dessin plus osé, il y a 15 ans, qui n'avait pas posé de problème", s'est-il étonné. Il s'agissait d'un dessin d'Adam et Eve s'ennivrant nus dans le paradis.

Ce qui prouve que lorsqu'on ne réagit pas, on encourage ainsi à aller plus loin. Il était temps, et on se réjouira que la demande soit venu des autorités ecclésiastiques, fait plutôt rare.

Sources :
Le Monde
La Croix

Les étudiants (ou non) qui ont envahi la Sorbonne dans la nui du 10 au 11 mars dernier ne se sont pas contenté de détruire des centaines de tables ou de chaise. Ils ont également fait main basse sur des ouvrages historique de grande valeur. Certains ont simplement été brûlés sur place, et les 6 titres recensés sont des cartulaires ecclésiastiques de la fin du XIXe siècle. Plus précisément, il s’agit de chartes d’abbayes d’Île-de-France, dans lesquels étaient consignés tous les documents officiels ou de droit privé depuis le Moyen Âge.

« Les cartulaires ecclésiastiques sont souvent les seuls à avoir traversé les siècles en raison de la pérennité des institutions religieuses, explique Jérôme Belmon», directeur des études de l’École des Chartes. « Ces ouvrages qui contiennent des documents pouvant dater du Xe siècle représentent une source très riche pour la connaissance du Moyen Âge. » Ces ouvrages auraient une valeur marchande de 1000 à 2000 €.

Les volumes avaient été sortis des rayons en vue d'une numérisation. Le local où ils étaient stockés a été entièrement vandalisé. Sept ordinateurs portables ont aussi été volés.

Beaucoup d'autres ouvrages précieux ont disparu, dont la liste n'a pas encore pu être établie. Certains ont été retrouvés dans la rue.

Ces livres avaient résisté à toutes les guerres, mais pas à la bêtise d'une poignée d'étudiant !

Source :
La Croix

La chappelle de Guiscriff, dans le Morbihan, a été retrouvée partiellement saccagée au 4 février. Un vitrail a été brisé, une étoffe et une croix ont été incendié. Des inscriptions satanistes ont été retrouvées sur les murs.

La gendarmerie recense désormais cinq affaires similaires dans un rayon d'une trentaine de km entre le Finistère et le Morbihan depuis la semaine dernière. Elle privilégie la piste sataniste

Un carreau a été brisé et des inscriptions satanistes retrouvées sur les murs et les statues de l'Eglise de Lanvénégen, dans le Morbihan.

Source:
Libération

Alors que la chapelle Saint-Guen, à Saint-Tugdual, est incendiée, le même week-end un calvaire est détruit à Kernével, en Rosporden. Le sommet de la croix est retrouvé gisant par terre, brisé en plusieurs morceaux. Et sur le fût, une croix inversée a été peinte en noir.

Une chapelle du XVe siècle a été victime d'un incendit d'origine criminelle dans la nuit de dimanche à lundi. La chapelle de Saint-Tugdual, près de Pontivy (Morbihan), a été entièrement détruite. Il ne reste que les murs de pierre. Le clocher est intact. La gendarmerie privilégie la piste satanique.

Des inscriptions à caractère satanique ont en effet été retrouvées à l'intérieur de la chapelle. Une autre inscription à moitié effacée par les flammes laissait lire «I fuck your life for...» sur le mur sud de la nef. La porte principale, en bois, a été fracassée. Le feu a eu raison de toute la toiture, des vitraux. « On venait tout juste de terminer la rénovation », se désole le maire. Huit à dix ans de travaux, pour cette chapelle qui date de 1540 ; autour de 500 000 € dépensés. « Les vitraux étaient sur le point d'être posés. Ils étaient tous stockés dans la sacristie. Comme les statues.»
Ces dernières ont été retrouvées dans le cimetière voisin, mises en scène près des tombes. Le 30 janvier, se souvient un des habitants, est l'anniversaire de l'accession au pouvoir d'Hitler.

Les pompiers ont été alerté à 02H00 par un routier qui a vu la lumière du feu, mais n'ont pu sauver l'édifice. Une statue de saint Joseph et l'ossuaire ont miraculeusement échappé aux flammes.

Le parquet de Lorient a ouvert une procédure judiciaire. Le ministre de l'Intérieur, M. Sarkozy, a exprimé son émotion : "Je souhaite vous faire part de mon émotion et vous dire ma solidarité à l'endroit des catholiques du Morbihan. L'incendie de la chapelle Saint-Guen et la profanation des statues sont un outrage inacceptable, qui enfreint le respect dû à la foi", a écrit le ministre à l'évêque de Vannes, Raymond Centène. Il a par ailleurs souhaité que "le ou les coupables soient sévèrement punis".


Mise à jour 15/02/08: Les coupables ont été arrêtés. il s'agissait d'un couple, lui âgé de 29 ans, elle de 23 ans, qui a également sévi à Lanvénégen et Guiscriff (Morbihan), où ils avaient dégradé des chapelles. Enfin, après l'incendie de Saint-Tugdual, ils avaient pris la fuite en Loire-Atlantique où ils avaient volé un crâne à Vertou, puis des vêtements sacerdotaux, à Clisson. Ils ont, par ailleurs, reconnu avoir profané 63 tombes dans le cimetière de Saint-Thurien (Finistère) et dégradé plusieurs autres chapelles et un calvaire dans les quatre départements bretons et en Loire-Atlantique. Des inscriptions à caractère satanique (croix à l'envers, chiffre 666, tags injurieux pour la religion) avaient, à chaque, fois été trouvées sur les lieux des délits, ainsi que des références à la musique Black Métal. La jeune femme nie tout implication avec le satanisme et le Black Metal alors que des faisceaux de preuve pointent dans cette direction.


Mise à jour 01/07/08 : Amandine Tatin et Ronan Cariou ont été condamnés : un an et demi de prison ferme pour Amandine, en raison de ses liens à des réseaux satanistes, plus 3,5 ans de prison avec sursis, et un an de prison ferme pour son mari, plus 3 ans de prison avec sursis. Les explications et les remords des deux profanateurs poursuivis pour une série de profanations fin 2005 et début 2006, sur fond de rituels sataniques, en Bretagne, n’ont pas convaincu. Ni les 18 parties civiles, qui avaient dénoncé « leurs larmes de crocodile » et leur volonté de « relativiser les faits », ni le parquet, qui avait requis à leur encontre deux ans de prison ferme.
A Amandine, la plus gravement atteinte par le satanisme, sa peine a été assortie d’un sursis, avec mise à l’épreuve pendant trois ans, obligations de soins (psychologiques), de rembourser et de travailler ou suivre une formation. La même demande semble avoir été faite à son mari. Ils ont été condamnés à verser 17.000 € de dommages et intérêts. Au titre des parties civiles, le MRAP, l’Agrif, les communes de Saint-Tugdual, Mellac (29) obtiennent un euro symbolique ; la commune de Rosporden-Kernével (29) 4.748 €; et l’association diocésaine 1.000 €.
Pas de quoi rembourser les dégâts ! (mais qui le pourrait !?)

< 1 2 3 >

Recommander ce site

Calendrier

« janvier 2007
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031



Warning: Unexpected character in input: ' in /home/indignat/www/profanations/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 759

Parse error: syntax error, unexpected $end, expecting ')' in /home/indignat/www/profanations/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 759