PROFANATIONS EN FRANCE


Depuis le début de l'année, le Midi et les départements limitrophes paient un lourd tribut en matière d'églises profanées.

En début d'année, six églises, dont la cathédrale de Vaison, ont été cambriolées dans le Vaucluse. Des actes répétés pendant moins de deux semaines, et le plus souvent de jour. Objet des vols : objets de culte datant des XVIIIe et XIXe siècle. En juin, l'église de Saint-Bauzille-de-Montmel (dans l'Hérault) a subi un vol mineur et d'importantes dégradations. En juillet, dix églises aveyronnaises ont été elles aussi cambriolées. La Lozère, le Cantal et le Tarn ont été touchés durant la même période. En août, des vols « très mystérieux » ont eu lieu dans les églises de Limoux. Des angelots ont été volés à Notre-dame-de-Marceille et une sculpture dans l'église de la Miséricorde.

La communauté chrétienne s'indigne. Et réclame, à chaque fois, un accroissement des mesures de sécurité. L'Evêque de Perpignan dit avoir donné l'alerte plusieurs fois. Et Mgr Cattenoz, l'archevêque d'Avignon, a déjà invité les autorités à mobiliser leurs forces « pour retrouver les auteurs de tels actes inadmissibles et inqualifiables ».

L'émoi était profond dans la ville de Perpignan (dans les Pyrénnées orientales) après la découverte du pillage presque total de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste. Le pillage a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi, et a été découvert à 7H15 par la sacristine.

"Les malfaiteurs sont entrés par une porte latérale de la cathédrale, la porte de Bethléem, et sont entrés dans la sacristie où ils ont brisé les portes des armoires de manière violente pour s'emparer de tous les objets liturgiques, ciboires, calices, patènes. Ils ont emporté de l'ordre de 8O% des pièces. Il s'agit du trésor liturgique historique et artistique de la cathédrale", a précisé Mgr Marceau, l'évêque du lieu, encore sous le choc. "d'après les premières constatations des enquêteurs, notamment un serrurier, le cambriolage avait été préparé puisque la serrure trois points de la porte de Bethléem avait été +préparée+ et a pu être ouverte sans effraction visible".

Les malfaiteurs ont enveloppé leur butin dans les aubes qui se trouvaient là, à indiqué la sacristine.

"On ne sait pourquoi il ont oublié un de ces paquets, avec notamment un dais du XVIIIe siècle (...) mais sinon tout est parti, tous les instruments du culte, anciens, en vermeil, en argent, aiguillères, bassins. Même l'ostensoir du XVIIIe, en vermeil qui fait plus d'un mètre de haut".

"Ce sont des dizaines d'objets, pour un poids total de plusieurs dizaines de kilos, voire peut-être plusieurs centaines de kilos, car ce sont des objets en métaux précieux relativement lourds", a-t-elle précisé. "Quatre-vingt-cinq pour cent du matériel liturgique a été dérobé; Tout a été vandalisé, notamment les armoires de la sachristie"

Mgr Marceau s'est déclaré "en état de choc" par "l'état désespérant des lieux et la violence déployée pour briser les portes des niches, les armoires afin de s'emparer de tous les objets précieux".

La ministre de la Culture et de la Communication Christine Albanel est attendue jeudi en fin de matinée à la cathédrale Saint-Jean-Baptiste pour constater l'étendue du pillage de matériel liturgique commis dans la nuit de mardi à mercredi, en présence du directeur régional des affaires culturelles, le préfet des Pyrénées-Orientales et l'évêque de Perpignan.

D'après Stéphane Brunelle, chargé de communication à l'évêché de Perpignan, les voleurs "ne se sont pas trompés. Ils ont emporté uniquement les objets de valeur: ciboires, ostensoires, calices, patènes..." Les pièces datent des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

"Elles ont été emballées dans des aubes et pesaient au total plusieurs centaines de kilos. Des canettes de bière jonchaient le sol, mais les enquêteurs pensent que c'est un plan pour faire croire à un acte de marginaux. Vu la nature des pièces emportées, c'est un acte organisé", a précisé Stéphane Brunelle.

Située au coeur de la ville, la cathédrale avait déjà fait l'objet de vols de moindre importance, deux fois en décembre 2005, puis en juillet et août 2007, rappelle dans son édition de jeudi le quotidien "L'Indépendant". "Plusieurs demandes d'installation d'alarmes ont été formulées auprès des Monuments Historiques. A chaque fois, les réponses ont été négatives".

L'église de la commune d'Anetz, près de Nantes (Loire Atlantique) a été le théâtre d'une nauséabonde mise en scène. Les livres de cantiques sont répandus sur le dallage et toutes les chaises de l'église ont été retournées, tandis que des excréments humains sont retrouvés à différents endroits dans l'église.

Les coupables étaient des enfants de 12 à 14 ans qui ont été interpelés.

Réseau Indignations

Une église de la ville de Tarare près de Lyon (Rhône) a subi des dégradations après qu'une personne ait volontairement mis le feu à un objet de bois à l'intérieur du bâtiment.

Réseau Indignation

Des inscriptions sataniques en anglais et des croix gammées ont été retrouvées sur une dizaine de caveaux du cimetière de Terre-Cabade, à Toulouse. Plusieurs tombes ont été recouvertes de l'inscription "Damned the Christ" ou de croix gammées tandis que des jardinières de fleurs ont été renversées et des panneaux indicateurs de sections du cimetière ont été endommagés.

Les journalistes s'interrogent sur le fait que le secteur juif n'ait pas été visé par ces actions, ignorants sans doute de la haine que le nazisme avait également contre le catholicisme.
Début août, des croix avaient déjà été renversées dans ce même cimetière, tandis que deux autres cimetières avaient précedemment été frappés dans la ville de Toulouse peu de temps auparavant (la Croix-Daurade et Muret)


ADDENDUM : (14/04/2008)
Cinq jeunes, âgées de 22 à 30 ans, ont reconnu être les auteurs des profanations des deux cimetières de Toulouse. Ils appartenaient à un groupuscule sataniste.

Dans la nuit de vendredi à samedi, des individus sont entrés dans le cimetière de Terre-Cabade, et ont retourné les crucifix d'une vingtaine de tombes dans un macabre jeu ou rituel.
Cet incident, dans le plus vaste cimetière de la ville, intervient après un rpéc"dent le 7 août et deux autres profanations dans les cimetières de la Croix-Daurade et de Muret de la ville de Toulouse.

Aucune piste (adolescents désoeuvrés, adeptes du culte satanique...) n'a été écartée par les enquêteurs.

Une deuxième église a été incendiée à Marseille début août. Il s'agit de la chapelle Saint-Marc dans le 12e arrondissement de Marseille, au cœur de la cité Bois Lemaître. Elle a été entièrement détruite, et aucun media ne semble en avoir parlé.

Le curé a déposé mplainte contre X, les premières analyses montrant qu'il s'agit bien d'un incendie criminel.

La chapelle de la Rouguière, dans le 11e arrondissement, avait déjà été mise à feu en décembre dernier.


Comment se fait-il qu'aucun media n'en ai parlé ?? Les vacances de M. Sarkozy étaient-elles à ce point captivantes ?

L'église du village de La Chapelle en Vercors été le théâtre de vandalisme durant la journée. Des individus sont entrés et ont détruit bénitier, statue, pot de fleur et crucifix, avant de renverser toutes les chaises. Il s'agirait d'adolescents, qui ont été interpellés.

Réseau indignations

Le 10 juillet dernier, la petite église de Saint-Georges-de-Luzençon était cambriolée et deux ciboires, deux calices dont un en argent et plusieurs patènes étaient dérobées, tandis que l'argent d'une quête restée sur la table était laissé là. Les gendarmes penchaient dès lors pour des vols très orientés, faisant suite à une série de cambriolages dans le Cantal, en Lozère et dans le Nord-Aveyron.
En quelques jours, les cambrioleurs (peut-être la même équipe) ont en effet écumé les sacristies de Saint-Rome-de-Tarn, Saint-Rome-de-Cernon, Saint-Sernin-sur-Rance, Mélagues, Salles-Curan ou Saint-Beauzély, Entraygues, Cassagnes-Bégonhès, Réquista, après des cambriolages lourds déjà recensés à Massegros et Sainte-Enimie (en Lozère). Aux dernières nouvelles, on aurait perdu leurs traces dans le Tarn du côté d'Alban

Les gendarmes acceptent à présent parler de ces événements comme d'un "phénomène" inquiétant. Le vol d'objet de culte semble être une industrie florissante, et nul ne sait si l'usage final est l'étagère de collectionneurs peu scrupuleux, la fonte et la revente, ou des rites obscurs.

Réseau Indignations
Midi Libre

Le feu s'est déclaré à l'extérieur de l'eglise de la commune d'Angerville. Une partie de son toit est endomagé.
Le feu aurait été mis intentionnellement à l'aide d'un tas de détritus contre le mur de l'église.

Réseau indignations

15 tombeaux vandalisés ont été découverts jeudi matin dans le cimetière du Bas-Village de Vitry-le-François. Croix cassées et retournées, pierres tombales brisées, inscriptions mystérieuses. Les faits se seraient déroulés à la mi juillet, et la gendramerie est rapidement remonté jusqu'à trois petites filles âgées de 12 à 14 ans. Inconnues des services de gendarmerie, les trois responsables présumées auraient été influencées par la mouvance gothique.


De 12 à 14 ans !!!! Comment croire que ces mouvances gothiques sont innofensives, et comment imaginer que des petites filles puissent en venir à de tels actes ?! Notre civilisation est elle à ce point en perte de repère pour que des enfants pratiquent ces actes macabres ?

34 tombes ont été dégradées dans le cimetière du village pyrénéen de Pierrefitte-Nestalas. 2 mineurs ont été interpellés et avoués les faits. Ils étaient proches de la mouvance gothique et adeptes de musique Métal, éléments de l'enquête pris en compte par la gendarmerie.

Réseau indignations

La Milivude pointe du doigt une "augmentation sensible des dérives satanistes en France". L'année 200 a recensé 214 sites dégradés, contre 130 en 2004, dont un bon nombre réalisé par les jeunes sous l'influence du courant sataniste.
L'année 2006 s'est annoncé tout aussi lourde, et l'année 2007 commence guère mieux.

La revue Famille Chrétienne revient une nouvelle fois sur ces désordre. Un expert interrogé dénonce le nombre de suicide chez les jeunes qui en Frnce ont un lien direct avec le satanisme.
Sur les 25 pays d'Europe, la france détiendrait le record de visites nocturnes dans les cimetières. Le journal parle de cadavres d'enfant déterrés pour des rituels, des tabernalces enfoncés pour y dérober des hosties, vendues plusieurs dizaines d'euros sur internet.
L'ancien président du Comité international pour la dignité de l'enfant (le Cide), Georges Glatz, afirme même que certanis viols et meurtres se font dans le cadre du satanisme. Des enfants victimes ont déjà témoigné de telles pratiques, sous contrôle d'expert psychologiques les confirmant, mais à cahque fois les personnes inculpées ont bénéficié de non lieux. (exemple de cas avec les Martinistes, ou encore avec la soeur Maria Laura Mainetti assassinée de 19 coups de couteaux par des adolescentes satanistes).

Famille Chrétienne 1539 du 14-20 juillet 2007

Après le cimetière de la Croix-Daurade à Toulouse, c'est le cimetière de la ville de Muret, non loin, qui a été la cible de nouvelles profanations.

Des adolescents auraient escaladé le mur d'enceinte (en laissant des traces et en ayant été aperçus par un voisin peu avant minuit), pour dégrader 28 caveaux : vases de fleurs renversés, plaques jetées au sol, objets brisés... l'allée est jonchée de débris.

"Cela m'a donné un choc, regrette un employé municipal. Je pense surtout aux familles."

" Nous sommes offusqués par cet acte inqualifiable qui bafoue ce que les familles ont de plus sacré, se révolte le maire Alain Barrès, venu constater le désastre. Les auteurs n'ont pas grand-chose d'humain et au-delà de la colère nous les plaignons. Nous ferons tout pour qu'ils soient retrouvés, car ils méritent d'être punis. Nous allons avertir les familles et remettre de l'ordre le plus vite possible".

Aucune inscription ne laisse penser à un rite satanique.

Un article dans le magazine Famille Chrétienne revient sur les derniers événements antichrétiens perpétrés en Bretagne ces dernières semaines. On y apprend diverses choses.
Jacky Cordonnier (interviewé également sur Europe 1 jeudi dernier) est un membre de la MIVILITUDE, organisme ministériel de lutte contre les sectes. Il est réputé expert dans les affaires de satanisme. Il révèle que le néo-paganisme que revendiquent certains groupes qui se réclame du celtisme (et qui n'a pourtant rien à voir avec les véritables traditions celtes historiques) provient de Scandinavie, où il a été très violent, jusqu'à faire des morts. Mais les adeptes aujourd'hui le définissent surtout en opposition aux grandes religions et institution d'aujourd'hui.

"D'où cette haine envers les représentations et les édifices chrétiens", ajoute M. Cordonnier.

Il fait le lien entre ces dérives violentes et le Black Métal, dont se réclamaient d'ailleurs le groupe incendiaire TABM (True Armorik Black Metal). Les symboles choisis sont les mêmes d'un groupe à l'autre.
Le père Culat, dans le Vaucluse, rappelle la date du 6 juin à 6h du matin (6/6/6) qui avait été choisie par des profanateurs. Jacky Cordonnier fait le même constat :

"À chaque fois, je disais aux gendarmes les dates auxquelles il allait se produire quelque chose, et ça n'a pas manqué. Le 5 mai, c'était le jour d'un concert de black-métal important. Le 15 mai, c'est le jour de la "pleine lune noire", lors de laquelle les satanistes célèbrent le démon femelle Lilith. Même cose pour le 15 juin où ils incendié la chapelle..."

Le 21 Juin, cet expert a alerté les gendarmes pour qu'ils procèdent aux interpellations au plus vite avant un acte plus grave coïncidant avec le solstice d'été, l'une des dates les plus importantes pour un sataniste. Les jeunes de TABM ont d'ailleurs avoué :

"Ils avaient tout prévu, dit-on dans les milieux de l'enquête. " D'un certain émoi dans la région, on serait passé à un émoi certain..."

D'autres spécialistes insistent sur le coktail détonnant que forme le mélange entre néo-paganisme et Black-Métal.
La Mivilude confirme hélas une progression inquiétante des profanations à caractère sataniste. Jacky Cordonnier est d'ailleurs sévère face à l'affirmation répété et assenée par les journalistes et les avocats qui préfèrent parler de jeunes paumés en crise d'adolescence.

" Alors là je me gausse ! C'est de bonne guerre d'apparaître come tels devant la Justice (...)? Ma crainte, c'est qu'ils veuillent noyer le poisson sous cette forme de néo-paganisme celtique."

Le commandant Bonnet, de la Milivude, affiche la même prudence. Et il avoue pour le moment ignorer la structure et la hiérarchie, s'il y en a une, de ces mouvements.

Jacky Cordonnier sait que des black métalleux reprendront le flambeau après l'arrestation du groupe TABM. Le groupe invitait d'ailleurs dans son courrier au Télégramme "tous les black-métalleux à reprendre le cycle des profanations".

"Imaginez, dit M. Cordonnier, si sur 10 000 d'entre eux il prenait l'envie ne serait-ce qu'à quelques uns d'entre eux de reprendre le flambeau de ce qui leur est présenté comme une sorte de guerre sainte".

Il rappelle qu'un gang de profanateur de Toulon avait fait des émules, et que l'escalade des profanations s'était achevée par le meurtre d'un prêtre en Alsace. Curieuse coïncidence, relève le journaliste de FC, Amandine, la jeune incendiaire du Morbihan, venait de Toulon.

Famille Chrétienne n°1538 du 7 au 13 juillet 2007

< 1 2 3 4 5 6 >

Recommander ce site

Calendrier

« janvier 2008
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031



Warning: Unexpected character in input: ' in /home/indignat/www/profanations/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 759

Parse error: syntax error, unexpected $end, expecting ')' in /home/indignat/www/profanations/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 759