PROFANATIONS EN FRANCE


Dans la nuit de jeudi, une quinzaine de tombes chrétiennes ont été profanées dans le cimetières de Belleville-sur-Meuse, (Meuse, au nord de Verdun). la découverte a été faite par une dame qui visitait un défunt, et les dégradations pourraient remonter à un jour auparavant tout au plus.

Plusieurs croix, en marbre ou en granit, ont été brisées et jonchent le sol. Des Christ en bronze ont même été arrachés des pierres. D'un grosse statue en bronze d'un Christ portant sa Croix, il ne reste plus que les rivets qui la maintenaient. Les éléments décoratifs en métal sur ornements funéraires ont été arrachés des plaques. Sur le columbarium, certains loquets de bronze, permettant de maintenir les plaques de marbres protégeant les urnes, ont été aussi déplacés. Il est possible que derrière la violence du saccage, des métaux aient été volés pour leur valeur pécuniaire.

« C’est inqualifiable ! », tonne Yves Peltier, le maire de Belleville.

Les voleurs ont sans doute pénétré dans le cimetière par la petite porte donnant sur l’espace réservé au columbarium et au jardin du souvenir.

De telles dégradations restent rares dans cette commune de la Meuse. La mairie appelle les propriétaires à venir constater vol ou dégât sur place, et à se rendre en mairie pour porter plainte. Le ou les auteurs risquent, pour ces vols aggravés, cinq ans de prison ferme (rarement plus que du sursis dans les faits, tant ces profanations sont devenus des faits divers banals contre lesquels la justice n'a guère de vélléité de réaction exemplaire).

Le maire du village Yves Peltier a déposé plainte à la gendarmerie qui diligente l'enquête.


addendum : 3 urnes funéraires ont également été la cible de vandales, découvert le samedi suivant 2 juillet 2011. Elles ont été retirée du columbarium et les cendres ont été dispersées dans le cimetière en trois traînées. Les urnes vides ont été retrouvées derrière un caveau d'une des familles. Ce sont les urnes de Daniel Fortelle, décédé en 2002, de Claudine Husson, décédée en 2003 et de son mari Michel décédé en 2008 qui ont été ainsi dispersées.

« C’est inimaginable. Je ne comprends pas comment quelqu’un peut faire ça », se lamente Estelle Husson, la fille aînée du couple.

Le maire évoque les dégradation du jeudi :

« Même si tout prête à croire, on ne sait pas avec certitude si ces profanations ont un lien avec les dégradations de jeudi », explique Yves Peltier.

« Les tas de cendres qui proviennent des urnes étaient déjà là jeudi », ajoute Michel Révéani, agent technique de la ville. « Nous n’y avons pas prêté attention puisque des familles viennent parfois éparpiller des cendres dans le jardin des souvenirs », précise-t-il. L’enquête suit son cours. Plusieurs empreintes sur les urnes ont été constatées par la police.
Un projet de vidéos surveillance dans le cimetière devrait être également discuté dans une quinzaine de jours au prochain conseil municipal de Belleville-sur-Meuse.

Un incendie s’est déclaré un peu avant 11 h 30, à l’église Saint Just de Danjoutin, dans le Territoire-de-Belfort (Franche-Comté). Ce sont les salariés de la mairie, située en face de l'Eglise qui ont donné l'alerte, ainsi que des parents venus récupérer leurs enfants d'une école voisine.
Plusieurs casernes de pompiers, arrivées seulement 20 mn après l'alerte, ont été mobilisées pour venir à bout du sinistre.

L'Eglise était vide, mais le feu s’est déclaré dans les étages, à hauteur de l’orgue, installé derrière la grande rosace surplombant la porte d’entrée. Il venait d'être rénové en 2005 pour une valeur de 12 000 € et a été entièrement détruit.

L’église est toujours ouverte au public durant la journée. Vers 10 h, une bénévole de la paroisse était entrée dans l’église afin de préparer un enterrement prévu à 14h. Elle aurait entendu des bruits suspects dans le lieu de culte, « comme des si quelqu’un frappait sur quelque chose ».

La police ne privilégie pour le moment aucune piste. Cependant, selon les premières constatations, il n'est pas exclu que cet incendie soit d'origine criminelle car l'église de Danjoutin a déjà été la cible de plusieurs départs de feu.
Il y a environ un mois et demi, la municipalité et le curé de la commune ont déposé plainte après un début de feu volontaire. Des feuilles de papier avaient été enflammées devant la porte fermée à clé et donnant accès à l’orgue. C’est le curé de la paroisse qui avait alors prévenu les secours.

Des voyous s'en sont pris aux divers établissements de la commune de Pibrac (Midi-Pyrénées), Mairie, Ecole et église, avec un acharnement particulier sur la Basilique Sainte-Germaine.

Il se peut que cet acharnement soit né du fait que la Basilique, distante, était moins observée. Mais il semble clair que les vandales avaient espéré y pénétrer pour y assouvir leur bêtise, en plein pélerinage annuel à la basilique pour le 18 juin, fête de Sainte Germaine. Le maire, Robert Bon, était furieux :

"« Quel que soit l'âge de ces vandales, c'est une image néfaste qu'ils donnent de notre village, je dis que la commune, l'école, la basilique ont été bafouées. Tout cela va maintenant être chiffré et l'addition risque d'être lourde. J'ai porté plainte et je suis déterminé à aller jusqu'au bout, jusqu'à réparation par ces individus ».

Une jeune femme de 30 ans, peut-être pas seule, a été prise d’une véritable pulsion destructrice dans la nuit du mercredi 8 juin. Elle a défoncé la grille du cimetière de Valenton (Val-de-Marne) à l'aide de sa fourgonette, et s'est lancé la dégradation de près de quarante tombes avant d’être interpellée plus tard après un accident. Stèles cassées, plaques funéraires brisées, vases en marbre réduits en miettes, plaques souvenirs, décorations et feurs dispersées, jardinières éparpillées... les tombes du fond du cimetière offrent un spectacle de désolation.



« Cela faisait deux ans que je n’étais pas venu me recueillir sur la tombe familiale. Et il faut que je vienne juste aujourd’hui pour découvrir cette horreur », témoigne un jeune homme.

Un de ses oncles qui contient difficilement sa colère.

« Quelle idée de s’en prendre à des gens qui ne leur ont rien fait. Visiblement, rien n’a été volé, c’est juste de la bêtise, juste pour faire mal. »



L’enquête de police, confiée au commissariat de Villeneuve-Saint-Georges, a rapidement permis de retracer les événements de la soirée. Vers 23h45, une fourgonette de marque Volkswagen percute le portail du cimetière, fermé par une lourde chaîne cadenassée. Une fois à l’intérieur, le ou les occupants de la voiture se déchaînent, s’en prenant au carré le plus protégé des regards, tout au fond du cimetière. Les plaques sont jetées au sol, les jardinières renversées. Il se pourrait même que la voiture ait été utilisée dans les allées du cimetière. La jeune femme a ensuite fait du gymkhana dans le cimetière avant de prendre la fuite.
Le coup de folie terminé, le véhicule prend la direction de Villeneuve-Saint-Georges en empruntant l’avenue de la Division-Leclerc. La conductrice percute alors un immeuble, volontairement selon ses dires. C’est là qu’elle sera cueillie par une patrouille de police alertée par des témoins. Les agents découvriront plusieurs décorations funéraires dans son véhicule.



Les policiers découvrent une femme, totalement hystérique et très dénudée. Un jeune homme de 28 ans, éméché, était près d'elle. Les policiers penseront d'abord qu’il est son complice, avant de comprendre qu'il lui portait simplement secours au moment de son accident.
La jeune femme n’a cessé de hurler durant sa garde à vue. Elle a finalement été internée sans que ses motivations ou ses éventuels complices ne soient découverts.

La scène se passe dans la cathédrale luthérienne d'Oslo, en Norvège. 3 écologistes se revendiquant du groupe (plutôt informel) Fuck for the Forest sont entré nus dans la cathédrale luthérienne de la capitale, en plein office, et se sont rués sur l'autel pour y simuler un acte sexuel. Aussitôt saisis par les officiants (des femmes, dans cette cathédrale luthérienne), ils ont continué leurs ébats au sol jusqu'à ce que des paroissiens viennent les séparer et alertent la police. Un troisième larron nu qui filmait la scène pour la mettre en ligne sur le site des activistes a été interpellé également.

Ils ont écopé d'une amende et se vantent sur leur site de s'être masturbé dans leur cellule le temps qu'ils y sont restés.

Le pasteur Caroline Haugland-Formoe, a confirmé l'incident survenu au milieu de l'office :

"Nous étions en train de reprendre une procession quand ils se sont dressés sur l'autel. Il y avait des gens dans l'église quand il se sont assis en position d'Adam et Eve."

Ce groupe informel est en fait un site exhibitionniste et pornographique qui prend prétexte d'une cause (sauver les forêts) pour afficher des photos de leurs membres dans les poses les plus suggestives. Il semble que n'importe qui peut s'improviser activite en envoyant des photos provocantes.
Il reste difficile de comprendre pourquoi une église devait être impliquée dans ce délire relevant de la psychiatrie. Peut-être parce que c'est moins risqué de provoquer dans une cathédrale que dans une mosquée...

Recommander ce site

Calendrier

« juin 2011 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930



Warning: Unexpected character in input: ' in /home/indignat/www/profanations/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 759

Parse error: syntax error, unexpected $end, expecting ')' in /home/indignat/www/profanations/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 759