PROFANATIONS EN FRANCE


L'église du village de La Chapelle en Vercors été le théâtre de vandalisme durant la journée. Des individus sont entrés et ont détruit bénitier, statue, pot de fleur et crucifix, avant de renverser toutes les chaises. Il s'agirait d'adolescents, qui ont été interpellés.

Réseau indignations

Le 10 juillet dernier, la petite église de Saint-Georges-de-Luzençon était cambriolée et deux ciboires, deux calices dont un en argent et plusieurs patènes étaient dérobées, tandis que l'argent d'une quête restée sur la table était laissé là. Les gendarmes penchaient dès lors pour des vols très orientés, faisant suite à une série de cambriolages dans le Cantal, en Lozère et dans le Nord-Aveyron.
En quelques jours, les cambrioleurs (peut-être la même équipe) ont en effet écumé les sacristies de Saint-Rome-de-Tarn, Saint-Rome-de-Cernon, Saint-Sernin-sur-Rance, Mélagues, Salles-Curan ou Saint-Beauzély, Entraygues, Cassagnes-Bégonhès, Réquista, après des cambriolages lourds déjà recensés à Massegros et Sainte-Enimie (en Lozère). Aux dernières nouvelles, on aurait perdu leurs traces dans le Tarn du côté d'Alban

Les gendarmes acceptent à présent parler de ces événements comme d'un "phénomène" inquiétant. Le vol d'objet de culte semble être une industrie florissante, et nul ne sait si l'usage final est l'étagère de collectionneurs peu scrupuleux, la fonte et la revente, ou des rites obscurs.

Réseau Indignations
Midi Libre

Le feu s'est déclaré à l'extérieur de l'eglise de la commune d'Angerville. Une partie de son toit est endomagé.
Le feu aurait été mis intentionnellement à l'aide d'un tas de détritus contre le mur de l'église.

Réseau indignations

15 tombeaux vandalisés ont été découverts jeudi matin dans le cimetière du Bas-Village de Vitry-le-François. Croix cassées et retournées, pierres tombales brisées, inscriptions mystérieuses. Les faits se seraient déroulés à la mi juillet, et la gendramerie est rapidement remonté jusqu'à trois petites filles âgées de 12 à 14 ans. Inconnues des services de gendarmerie, les trois responsables présumées auraient été influencées par la mouvance gothique.


De 12 à 14 ans !!!! Comment croire que ces mouvances gothiques sont innofensives, et comment imaginer que des petites filles puissent en venir à de tels actes ?! Notre civilisation est elle à ce point en perte de repère pour que des enfants pratiquent ces actes macabres ?

34 tombes ont été dégradées dans le cimetière du village pyrénéen de Pierrefitte-Nestalas. 2 mineurs ont été interpellés et avoués les faits. Ils étaient proches de la mouvance gothique et adeptes de musique Métal, éléments de l'enquête pris en compte par la gendarmerie.

Réseau indignations

La Milivude pointe du doigt une "augmentation sensible des dérives satanistes en France". L'année 200 a recensé 214 sites dégradés, contre 130 en 2004, dont un bon nombre réalisé par les jeunes sous l'influence du courant sataniste.
L'année 2006 s'est annoncé tout aussi lourde, et l'année 2007 commence guère mieux.

La revue Famille Chrétienne revient une nouvelle fois sur ces désordre. Un expert interrogé dénonce le nombre de suicide chez les jeunes qui en Frnce ont un lien direct avec le satanisme.
Sur les 25 pays d'Europe, la france détiendrait le record de visites nocturnes dans les cimetières. Le journal parle de cadavres d'enfant déterrés pour des rituels, des tabernalces enfoncés pour y dérober des hosties, vendues plusieurs dizaines d'euros sur internet.
L'ancien président du Comité international pour la dignité de l'enfant (le Cide), Georges Glatz, afirme même que certanis viols et meurtres se font dans le cadre du satanisme. Des enfants victimes ont déjà témoigné de telles pratiques, sous contrôle d'expert psychologiques les confirmant, mais à cahque fois les personnes inculpées ont bénéficié de non lieux. (exemple de cas avec les Martinistes, ou encore avec la soeur Maria Laura Mainetti assassinée de 19 coups de couteaux par des adolescentes satanistes).

Famille Chrétienne 1539 du 14-20 juillet 2007

Après le cimetière de la Croix-Daurade à Toulouse, c'est le cimetière de la ville de Muret, non loin, qui a été la cible de nouvelles profanations.

Des adolescents auraient escaladé le mur d'enceinte (en laissant des traces et en ayant été aperçus par un voisin peu avant minuit), pour dégrader 28 caveaux : vases de fleurs renversés, plaques jetées au sol, objets brisés... l'allée est jonchée de débris.

"Cela m'a donné un choc, regrette un employé municipal. Je pense surtout aux familles."

" Nous sommes offusqués par cet acte inqualifiable qui bafoue ce que les familles ont de plus sacré, se révolte le maire Alain Barrès, venu constater le désastre. Les auteurs n'ont pas grand-chose d'humain et au-delà de la colère nous les plaignons. Nous ferons tout pour qu'ils soient retrouvés, car ils méritent d'être punis. Nous allons avertir les familles et remettre de l'ordre le plus vite possible".

Aucune inscription ne laisse penser à un rite satanique.

Un article dans le magazine Famille Chrétienne revient sur les derniers événements antichrétiens perpétrés en Bretagne ces dernières semaines. On y apprend diverses choses.
Jacky Cordonnier (interviewé également sur Europe 1 jeudi dernier) est un membre de la MIVILITUDE, organisme ministériel de lutte contre les sectes. Il est réputé expert dans les affaires de satanisme. Il révèle que le néo-paganisme que revendiquent certains groupes qui se réclame du celtisme (et qui n'a pourtant rien à voir avec les véritables traditions celtes historiques) provient de Scandinavie, où il a été très violent, jusqu'à faire des morts. Mais les adeptes aujourd'hui le définissent surtout en opposition aux grandes religions et institution d'aujourd'hui.

"D'où cette haine envers les représentations et les édifices chrétiens", ajoute M. Cordonnier.

Il fait le lien entre ces dérives violentes et le Black Métal, dont se réclamaient d'ailleurs le groupe incendiaire TABM (True Armorik Black Metal). Les symboles choisis sont les mêmes d'un groupe à l'autre.
Le père Culat, dans le Vaucluse, rappelle la date du 6 juin à 6h du matin (6/6/6) qui avait été choisie par des profanateurs. Jacky Cordonnier fait le même constat :

"À chaque fois, je disais aux gendarmes les dates auxquelles il allait se produire quelque chose, et ça n'a pas manqué. Le 5 mai, c'était le jour d'un concert de black-métal important. Le 15 mai, c'est le jour de la "pleine lune noire", lors de laquelle les satanistes célèbrent le démon femelle Lilith. Même cose pour le 15 juin où ils incendié la chapelle..."

Le 21 Juin, cet expert a alerté les gendarmes pour qu'ils procèdent aux interpellations au plus vite avant un acte plus grave coïncidant avec le solstice d'été, l'une des dates les plus importantes pour un sataniste. Les jeunes de TABM ont d'ailleurs avoué :

"Ils avaient tout prévu, dit-on dans les milieux de l'enquête. " D'un certain émoi dans la région, on serait passé à un émoi certain..."

D'autres spécialistes insistent sur le coktail détonnant que forme le mélange entre néo-paganisme et Black-Métal.
La Mivilude confirme hélas une progression inquiétante des profanations à caractère sataniste. Jacky Cordonnier est d'ailleurs sévère face à l'affirmation répété et assenée par les journalistes et les avocats qui préfèrent parler de jeunes paumés en crise d'adolescence.

" Alors là je me gausse ! C'est de bonne guerre d'apparaître come tels devant la Justice (...)? Ma crainte, c'est qu'ils veuillent noyer le poisson sous cette forme de néo-paganisme celtique."

Le commandant Bonnet, de la Milivude, affiche la même prudence. Et il avoue pour le moment ignorer la structure et la hiérarchie, s'il y en a une, de ces mouvements.

Jacky Cordonnier sait que des black métalleux reprendront le flambeau après l'arrestation du groupe TABM. Le groupe invitait d'ailleurs dans son courrier au Télégramme "tous les black-métalleux à reprendre le cycle des profanations".

"Imaginez, dit M. Cordonnier, si sur 10 000 d'entre eux il prenait l'envie ne serait-ce qu'à quelques uns d'entre eux de reprendre le flambeau de ce qui leur est présenté comme une sorte de guerre sainte".

Il rappelle qu'un gang de profanateur de Toulon avait fait des émules, et que l'escalade des profanations s'était achevée par le meurtre d'un prêtre en Alsace. Curieuse coïncidence, relève le journaliste de FC, Amandine, la jeune incendiaire du Morbihan, venait de Toulon.

Famille Chrétienne n°1538 du 7 au 13 juillet 2007

Article 29 de la loi de 1881
Toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation . La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l'identification est rendue possible par les termes des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés.
Toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l'imputation d'aucun fait est une injure .

Article 30
La diffamation commise par l'un des moyens énoncés en l'article 23 envers les cours, les tribunaux, les armées de terre, de mer ou de l'air, les corps constitués et les administrations publiques, sera punie d'une amende de 45000 euros.

Article 31
Sera punie de la même peine , la diffamation commise par les mêmes moyens, à raison de leurs fonctions ou de leur qualité, envers un ou plusieurs membres du ministère, un ou plusieurs membres de l'une ou de l'autre Chambre , un fonctionnaire public, un dépositaire ou agent de l'autorité publique, un ministre de l'un des cultes salariés par l'Etat, un citoyen chargé d'un service ou d'un mandat public temporaire ou permanent, un juré ou un témoin, à raison de sa déposition.
La diffamation contre les mêmes personnes concernant la vie privée relève de l'article 32 ci-après.

Article 32
La diffamation commise envers les particuliers par l'un des moyens énoncés en l'article 23 sera punie d'une amende de 12000 euros.
La diffamation commise par les mêmes moyens envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée sera punie d'un an d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende ou de l'une de ces deux peines seulement.
Sera punie des peines prévues à l'alinéa précédent la diffamation commise par les mêmes moyens envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur handicap.

Le cimetière de Croix-Daurade à Toulouse a été victime de vandalisme à caractère satanique dans la nuit de jeudi à vendredi. Ce sont des familles qui ont découvert, consternées, le saccage complet du cimetière vendredi matin. Tags, pots de fleurs brisés, croix renversées, crucifix arrachés, statuettes funéraires détruites, plaques de souvenirs brisées …
Au total, une soixantaine de tombes ont subi d'importantes dégradations. Plus intrigant : des crucifix déterrés ont été soigneusement déposés à l'envers contre les tombes endommagées. Les journalistes se demandent s'il s'agit d'un rituel satanique répété des dizaines de fois ou d'un jeu stupide faisant croire à l'existence de messes noires. (bien sûr, un jeu bien connu, tandis que les rites sataniques, ça n'existe pas voyons !)

« C'est inhumain et scandaleux ! s'écrient des familles, au cœur du cimetière. On ne doit pas toucher aux morts, c'est sacré ! » « Il ne semble pas que ces actes visent précisément des familles ou des groupes religieux; selon André Ducap, conseiller municipal, et il n'y a aucune connotations racistes. Tout ceci est déplorable. »

La mairie de Toulouse a condamné ces actes qualifiés « d'ignobles. »

La semaine dernière, dans ce même cimétière, des dégradations à une moindre échelle avaient déjà été constatées par les gardiens. Une première alerte qui avait déjà fait l'objet d'une plainte.


De nombreux précédents En mai 2004, le cimetière de Terre-Cabade, à Toulouse, est à plusieurs reprises la cible des vandales : vases, crucifix, plaques mortuaires sont retrouvés en morceaux sur le sol. À la suite de ses incidents, quatre collègiens âgés de 13 à 15 ans avaient été interpellés par les policiers. Avril 2003, à Balma, des inscriptions racistes et antisémites ont été découvertes au cimetière et sur l'église. Février 2002 à Muret, dix tombes saccagées et des crucifix renversés au cœur du cimetière. Novembre 2002 à Fonsorbes, une vingtaine de tombes également vandalisées dans le cimetière de la commune.


ADDENDUM : (14/04/2008)
Cinq jeunes, âgées de 22 à 30 ans, ont reconnu être les auteurs des profanations des deux cimetières de Toulouse. Ils appartenaient à un groupuscule sataniste.

Un incendie a entièrement détruit samedi matin la chapelle de la Croix à Loqueffret, dans le centre du Finistère (monts d'Arrée). Des tags ont été retrouvés à l'intérieur, représentant une croix renversée et le sigle TABM, le même que celui retrouvé sur plusieurs calvaires détruits durant le mois de mai plus au sud. Ces inscriptions pourraient être liées aux mouvements satanistes

La chapelle datait du 16e siècle et était classée monument historique depuis 1962. Une porte a été fracturée, et la charpente s'est effondrée avant l'arrivée des pompiers, vers 8h00 du matin. La chapelle qui se trouve en pleine campagne devait faire l'objet de rénovations pour un montant de 300.000 euros. Les travaux devaient débuter lundi.

"Il ne reste plus que les murs, tout est à refaire"

se lamentait de son côté le maire de Loqueffret.

La gendarmerie du Finistère a mis en place récemment un groupe d'enquêteurs chargés d'élucider les actes de vandalisme contre le patrimoine religieux constatés principalement dans le sud du département.

"Ce sont des faits graves, répétitifs, et il y a préjudice moral", a indiqué le commandant de la brigade de Chateauneuf-du-Faou.

Ce qui semble étrange dans ces affaires successives, c'est que les cibles semblent parfois choisies avec précision, soit pour qu'on en parle le lendemain (des monuments aux morts la veille d'une célébration, une chappelle deux jours avant sa restauration), soit parce que ce sont des vestiges catholiques très anciens (les objets moins anciens, comme la vierge d'abord dérobée sur une fontaine, n'ont pas été détruits). Le patrimoine qui disparaît de la sorte ne sera pas reconstruit. Et cela les satanistes qui agissent sous le sigle TABM semblent bien le savoir. Leur oeuvre de destruction est loin de la simple violence ordinaire anti-chrétienne.


Addendum (22/06/07) : 7 personnes, hommes et femmes tous majeurs, ont été interpellé hier. Ils appartiendraient au groupe ATBM (qui signifierait "True Armorik Black Metal" qui avait revendiqué par courrier au Télégramme 8 profanations de chappelles et de calvaire dans le Finistère. Ils déclairaient agir comme "anti-ecclésistiques".

"Nous, groupuscule extrémiste anti-ecclésiastique, ayant seulement frappé dans le Finistère-Sud pour le moment, rendons justice et ferons tomber les icônes symbolisant la faiblesse d’esprit (...) Nous allons frapper encore, encore et encore".

Le journal n'a publié qu'un extrait de la lettre de 14 lignes qu'ils ont reçue, ornée d’une fresque représentant un parchemin sur lequel sont gravées des initiales sanguinolentes : « TABM ». Initiales séparées, au milieu, par une croix inversée. Certains réseaux me signalent que le premier logo ABM pourrait signifier Aryan Black Metal, avant d'être devenu ATBM interprété par "True Armorik Black Metal". 15 gendarmes enquêtent sur ce groupe. Malgré tout cela, le chef d'inculpation retenu contre les personnes arrêtées se contente de "dégradation et destruction de biens, et destruction par incendie en bande organisée". Aucune aggravation pour aggression à caractère religieux comme c'est le cas pour des tags posés sur des tombes juives ou musulmanes. La présence de croix renversées jusque dans la signature ATBM permettent seulement aux enquêteur de songer à une piste satanique. Où le lien entre Black Métal et satanisme n'est plus à prouver ! On a d'ailleurs retrouvé une Bible satanique chez les inculpés.

Le petit village de Huppy, haut lieu de la bataille de la Somme, a vu son cimetière vandalisé par des inconnus dans la nuit du jeudi. 25 tombes ont été dégradées, à l'indignation des habitants.

Réseau indignations

50 tombes du cimetière de Saint-Escobille ont été profanées dans la nuit de samedi. Toutes les croix de ces tombes ont notament été retournées, dans la tradition de certains rites sataniques.

Réseau Indignations

Lors de la seconde journée de la Conférence de l'OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) à Bucarest, Anastasia Crickly, représentante personnelle du président de l’OSCE pour le combat contre le racisme, la xénophobie et la discrimination, s'est plaint de l'augmentation dela discrimination religieuse en zone Europe.
Doudou Diene, le rapporteur spécial des Nations unies sur les formes contemporaines de racisme, discrimination, xénophobie et intolérance, a lui alerté plus particulièrement sur la résurgence de la christianophobie en Europe et dans le monde.

"Il faut tirer une sonnette d'alarme! La christianophobie a toujours existé comme l'antisémitisme et l'islamophobie mais il y a actuellement une résurgence de cette christianophobie qui, paradoxalement, a été ignorée dans les débats internationaux. Quant aux chiffres, il y a des données éparses sur le nombre d'églises qu'on a pu brûler en Inde ou au Nigeria ou d'autres pays du Sud.
[Si ces profanations sont ignorées en europe, c']est que les manifestations les plus spectaculaires de christianophobie se passent en dehors de l'Europe, les violences contre les Chrétiens en Inde, au Nigeria, en Turquie et d'autres régions du monde. Mais les manifestations idéologiques les plus profondes se trouvent en Occident. C'est en Europe que, en raison d'un cléricalisme idéologique, il y a une suspicion à l'égard de la pratique religieuse que l'on ne peut pas chiffrer mais qui est visible dans la montée d'une certaine intolérance (...)
Il y a lentement une marginalisation des citoyens qui se réclament de leur foi pour prendre des positions."

Le Pr Roberto de Mattei, de l’Université européenne de Rome, a établi le même constat. Il a remarqué la multiplication des actes de profanation des églises chrétiennes dans le monde. En réponse, il propose la défense de la composante publique de la religion et l’amélioration du cadre législatif des États.

Une dizaine de tombes ont été profanées autour du samedi 2 juin dans le cimetière de Pointe-à-Pitre. Peu de détails ont été communiqués , mais les photos laissent penser que des croix ont été arrachées. Les habitants parlent de satanisme, ce que les journaux s'empressent de ridiculiser.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 >

Recommander ce site

Calendrier

« février 2012
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829



Warning: Unexpected character in input: ' in /home/indignat/www/profanations/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 759

Parse error: syntax error, unexpected $end, expecting ')' in /home/indignat/www/profanations/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 759